Il est temps de se réapproprier nos ressources

et de manger notre Saint-Laurent

Un collectif au service des citoyens

Le projet Mange ton Saint-Laurent! a pour objectifs de mettre en valeur les ressources animales et végétales comestibles issues du Saint-Laurent, de promouvoir le plaisir de manger ces aliments locaux et de soutenir l’autonomie alimentaire.

Les textes du collectif

Articles récents

object(WP_Query)#13195 (51) {
  ["query"]=>
  array(7) {
    ["post_type"]=>
    string(4) "post"
    ["post_status"]=>
    string(7) "publish"
    ["posts_per_page"]=>
    int(4)
    ["paged"]=>
    int(1)
    ["orderby"]=>
    string(12) "publish_date"
    ["order"]=>
    string(4) "DESC"
    ["tax_query"]=>
    array(2) {
      ["relation"]=>
      string(2) "OR"
      [0]=>
      array(4) {
        ["taxonomy"]=>
        string(8) "category"
        ["field"]=>
        string(4) "slug"
        ["terms"]=>
        array(7) {
          [0]=>
          string(7) "article"
          [1]=>
          string(6) "balado"
          [2]=>
          string(5) "video"
          [3]=>
          string(13) "saint-laurent"
          [4]=>
          string(9) "pecheries"
          [5]=>
          string(8) "economie"
          [6]=>
          string(10) "cueillette"
        }
        ["operator"]=>
        string(2) "IN"
      }
    }
  }
  ["query_vars"]=>
  array(66) {
    ["post_type"]=>
    string(4) "post"
    ["post_status"]=>
    string(7) "publish"
    ["posts_per_page"]=>
    int(4)
    ["paged"]=>
    int(1)
    ["orderby"]=>
    string(12) "publish_date"
    ["order"]=>
    string(4) "DESC"
    ["tax_query"]=>
    array(2) {
      ["relation"]=>
      string(2) "OR"
      [0]=>
      array(4) {
        ["taxonomy"]=>
        string(8) "category"
        ["field"]=>
        string(4) "slug"
        ["terms"]=>
        array(7) {
          [0]=>
          string(7) "article"
          [1]=>
          string(6) "balado"
          [2]=>
          string(5) "video"
          [3]=>
          string(13) "saint-laurent"
          [4]=>
          string(9) "pecheries"
          [5]=>
          string(8) "economie"
          [6]=>
          string(10) "cueillette"
        }
        ["operator"]=>
        string(2) "IN"
      }
    }
    ["error"]=>
    string(0) ""
    ["m"]=>
    string(0) ""
    ["p"]=>
    int(0)
    ["post_parent"]=>
    string(0) ""
    ["subpost"]=>
    string(0) ""
    ["subpost_id"]=>
    string(0) ""
    ["attachment"]=>
    string(0) ""
    ["attachment_id"]=>
    int(0)
    ["name"]=>
    string(0) ""
    ["pagename"]=>
    string(0) ""
    ["page_id"]=>
    int(0)
    ["second"]=>
    string(0) ""
    ["minute"]=>
    string(0) ""
    ["hour"]=>
    string(0) ""
    ["day"]=>
    int(0)
    ["monthnum"]=>
    int(0)
    ["year"]=>
    int(0)
    ["w"]=>
    int(0)
    ["category_name"]=>
    string(7) "article"
    ["tag"]=>
    string(0) ""
    ["cat"]=>
    int(1)
    ["tag_id"]=>
    string(0) ""
    ["author"]=>
    string(0) ""
    ["author_name"]=>
    string(0) ""
    ["feed"]=>
    string(0) ""
    ["tb"]=>
    string(0) ""
    ["meta_key"]=>
    string(0) ""
    ["meta_value"]=>
    string(0) ""
    ["preview"]=>
    string(0) ""
    ["s"]=>
    string(0) ""
    ["sentence"]=>
    string(0) ""
    ["title"]=>
    string(0) ""
    ["fields"]=>
    string(0) ""
    ["menu_order"]=>
    string(0) ""
    ["embed"]=>
    string(0) ""
    ["category__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["category__not_in"]=>
    array(0) {
    }
    ["category__and"]=>
    array(0) {
    }
    ["post__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["post__not_in"]=>
    array(0) {
    }
    ["post_name__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["tag__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["tag__not_in"]=>
    array(0) {
    }
    ["tag__and"]=>
    array(0) {
    }
    ["tag_slug__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["tag_slug__and"]=>
    array(0) {
    }
    ["post_parent__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["post_parent__not_in"]=>
    array(0) {
    }
    ["author__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["author__not_in"]=>
    array(0) {
    }
    ["ignore_sticky_posts"]=>
    bool(false)
    ["suppress_filters"]=>
    bool(false)
    ["cache_results"]=>
    bool(true)
    ["update_post_term_cache"]=>
    bool(true)
    ["lazy_load_term_meta"]=>
    bool(true)
    ["update_post_meta_cache"]=>
    bool(true)
    ["nopaging"]=>
    bool(false)
    ["comments_per_page"]=>
    string(2) "50"
    ["no_found_rows"]=>
    bool(false)
  }
  ["tax_query"]=>
  object(WP_Tax_Query)#13137 (6) {
    ["queries"]=>
    array(2) {
      ["relation"]=>
      string(2) "OR"
      [0]=>
      array(5) {
        ["taxonomy"]=>
        string(8) "category"
        ["terms"]=>
        array(7) {
          [0]=>
          string(7) "article"
          [1]=>
          string(6) "balado"
          [2]=>
          string(5) "video"
          [3]=>
          string(13) "saint-laurent"
          [4]=>
          string(9) "pecheries"
          [5]=>
          string(8) "economie"
          [6]=>
          string(10) "cueillette"
        }
        ["field"]=>
        string(4) "slug"
        ["operator"]=>
        string(2) "IN"
        ["include_children"]=>
        bool(true)
      }
    }
    ["relation"]=>
    string(2) "OR"
    ["table_aliases":protected]=>
    array(1) {
      [0]=>
      string(21) "wp_term_relationships"
    }
    ["queried_terms"]=>
    array(1) {
      ["category"]=>
      array(2) {
        ["terms"]=>
        array(7) {
          [0]=>
          string(7) "article"
          [1]=>
          string(6) "balado"
          [2]=>
          string(5) "video"
          [3]=>
          string(13) "saint-laurent"
          [4]=>
          string(9) "pecheries"
          [5]=>
          string(8) "economie"
          [6]=>
          string(10) "cueillette"
        }
        ["field"]=>
        string(4) "slug"
      }
    }
    ["primary_table"]=>
    string(8) "wp_posts"
    ["primary_id_column"]=>
    string(2) "ID"
  }
  ["meta_query"]=>
  object(WP_Meta_Query)#13278 (9) {
    ["queries"]=>
    array(0) {
    }
    ["relation"]=>
    NULL
    ["meta_table"]=>
    NULL
    ["meta_id_column"]=>
    NULL
    ["primary_table"]=>
    NULL
    ["primary_id_column"]=>
    NULL
    ["table_aliases":protected]=>
    array(0) {
    }
    ["clauses":protected]=>
    array(0) {
    }
    ["has_or_relation":protected]=>
    bool(false)
  }
  ["date_query"]=>
  bool(false)
  ["request"]=>
  string(401) "
					SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID
					FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)
					WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (1,81,82,118,119,120,121)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish'))
					GROUP BY wp_posts.ID
					ORDER BY wp_posts.post_date DESC
					LIMIT 0, 4
				"
  ["posts"]=>
  array(4) {
    [0]=>
    object(WP_Post)#13255 (24) {
      ["ID"]=>
      int(7772)
      ["post_author"]=>
      string(1) "8"
      ["post_date"]=>
      string(19) "2022-09-28 14:34:01"
      ["post_date_gmt"]=>
      string(19) "2022-09-28 14:34:01"
      ["post_content"]=>
      string(24627) "[et_pb_section fb_built="1" admin_label="Post Header" _builder_version="4.18.0" custom_padding="0px|||||" global_colors_info="{}"][et_pb_row _builder_version="4.16" width="100%" max_width="1600px" custom_padding="0px|||||" global_colors_info="{}"][et_pb_column type="4_4" _builder_version="4.16" global_colors_info="{}"][et_pb_image src="https://www.mangetonsaintlaurent.com/wp-content/uploads/2022/09/Marcelle-Jenniss_1-scaled.jpg" title_text="Marcelle Jenniss_1" _builder_version="4.18.0" global_colors_info="{}"][/et_pb_image][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section fb_built="1" admin_label="Post Body" _builder_version="4.16" locked="off" global_colors_info="{}"][et_pb_row column_structure="3_5,2_5" admin_label="Row" _builder_version="4.18.0" custom_padding="||0px|||" global_colors_info="{}"][et_pb_column type="3_5" _builder_version="4.16" global_colors_info="{}"][et_pb_text admin_label="Text" _builder_version="4.18.0" _dynamic_attributes="content" header_font="Alice||||||||" header_text_align="left" header_font_size="80px" header_line_height="1.2em" header_2_font_size="80px" header_3_font_size="80px" header_4_font_size="80px" header_5_font_size="80px" header_6_font_size="80px" max_width="924px" custom_margin="-188px||||false|false" custom_margin_tablet="0px||||false|false" custom_margin_phone="||||false|false" custom_margin_last_edited="on|phone" header_font_size_tablet="64px" header_font_size_phone="40px" header_font_size_last_edited="on|phone" header_2_font_size_tablet="42px" header_2_font_size_phone="34px" header_2_font_size_last_edited="on|phone" header_3_font_size_tablet="42px" header_3_font_size_phone="34px" header_3_font_size_last_edited="on|phone" header_4_font_size_tablet="42px" header_4_font_size_phone="34px" header_4_font_size_last_edited="on|phone" header_5_font_size_tablet="42px" header_5_font_size_phone="34px" header_5_font_size_last_edited="on|phone" header_6_font_size_tablet="42px" header_6_font_size_phone="34px" header_6_font_size_last_edited="on|phone" text_text_align="justify" locked="off" global_colors_info="{}" header_2_2_font_size_tablet="42px" header_3_2_font_size_tablet="42px" header_4_2_font_size_tablet="42px" header_5_2_font_size_tablet="42px" header_6_2_font_size_tablet="42px" header_2_2_font_size_phone="34px" header_3_2_font_size_phone="34px" header_4_2_font_size_phone="34px" header_5_2_font_size_phone="34px" header_6_2_font_size_phone="34px" header_2_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_4_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_5_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_6_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_2_3_font_size_tablet="34px" header_3_3_font_size_tablet="34px" header_4_3_font_size_tablet="34px" header_5_3_font_size_tablet="34px" header_6_3_font_size_tablet="34px" header_2_3_font_size_phone="28px" header_3_3_font_size_phone="28px" header_4_3_font_size_phone="28px" header_5_3_font_size_phone="28px" header_6_3_font_size_phone="28px" header_2_3_font_size_last_edited="on|phone" header_3_3_font_size_last_edited="on|phone" header_4_3_font_size_last_edited="on|phone" header_5_3_font_size_last_edited="on|phone" header_6_3_font_size_last_edited="on|phone" header_2_4_font_size_tablet="22px" header_3_4_font_size_tablet="22px" header_4_4_font_size_tablet="22px" header_5_4_font_size_tablet="22px" header_6_4_font_size_tablet="22px" header_2_4_font_size_phone="18px" header_3_4_font_size_phone="18px" header_4_4_font_size_phone="18px" header_5_4_font_size_phone="18px" header_6_4_font_size_phone="18px" header_2_4_font_size_last_edited="on|phone" header_3_4_font_size_last_edited="on|phone" header_4_4_font_size_last_edited="on|phone" header_5_4_font_size_last_edited="on|phone" header_6_4_font_size_last_edited="on|phone" header_2_5_font_size_phone="16px" header_3_5_font_size_phone="16px" header_4_5_font_size_phone="16px" header_5_5_font_size_phone="16px" header_6_5_font_size_phone="16px" header_2_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_4_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_5_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_6_5_font_size_last_edited="on|tablet" min_height="275px"]@ET-DC@eyJkeW5hbWljIjp0cnVlLCJjb250ZW50IjoicG9zdF90aXRsZSIsInNldHRpbmdzIjp7ImJlZm9yZSI6IjxoMT4iLCJhZnRlciI6IjwvaDE+In19@[/et_pb_text][et_pb_text _builder_version="4.16" text_font_size="16px" text_line_height="2em" text_orientation="justified" text_font_size_tablet="15px" text_font_size_phone="14px" text_font_size_last_edited="on|phone" locked="off" inline_fonts="Alice" global_colors_info="{}"]

Drôle, déterminée, colorée, caractérielle, chaleureuse, passionnée... Des qualificatifs qu’on peut aisément employer pour décrire Marcelle Jennis, pêcheuse de homard à Tourelle, en Haute-Gaspésie. Mais si toutes ces qualités font assurément son charme, un seul ingrédient est, selon ses propres dires, nécessaire pour devenir pêcheur.se : la passion.

Marcelle Jennis est née en Basse-Côte-Nord, à Gethsémani un petit village situé près de Kegaska. Amoureuse de la mer, elle estime être devenue pêcheuse par choix, même si la vie a bien fait les choses : « J’ai grandi une partie de ma vie sur l’eau, parce qu’on voyageait beaucoup par la voie navigable et j’ai grandi dans une pourvoirie les 16 premiers étés de ma vie. » En 1987, elle rencontre l’homme qui deviendra le père de son garçon, alors détenteur d’un permis de crabe. Elle pêche avec lui le long de l’île Anticosti, à Natashquan, à Havre-Saint-Pierre et à Sept-Îles. Après une interruption de quelques années dans les années 1990 pour travailler pour le barrage Denis-Perron (anciennement SM3), elle obtient son brevet de capitaine en 2002, décide de retourner en mer et de ne plus jamais la quitter. « Ça me manquait terriblement », explique-t-elle. Aujourd’hui, la pêcheuse passe une partie de l’année à Grande-Rivière, située dans la MRC du Rocher-Percé, où elle est propriétaire d’une maison et où elle entrepose son bateau dans la cour.

[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type="2_5" _builder_version="4.16" global_colors_info="{}"][et_pb_text admin_label="Text" _builder_version="4.18.0" header_text_color="#000000" header_font_size="48px" header_line_height="1.2em" header_2_font="Bellefair||||||||" header_2_text_align="left" header_2_text_color="#000000" header_2_font_size="48px" header_2_line_height="1.2em" header_3_font="Bellefair||||||||" header_3_text_color="#000000" header_3_font_size="38px" header_3_line_height="1.2em" header_4_font="Bellefair||||||||" header_4_text_color="#000000" header_4_font_size="30px" header_4_line_height="1.4em" header_5_font="Bellefair||||||||" header_5_text_color="#000000" header_5_font_size="22px" header_5_line_height="1.2em" header_6_font="Montserrat|700||on|||||" header_6_text_color="#ff4e00" header_6_font_size="12px" header_6_letter_spacing="2px" header_6_line_height="1.2em" min_height="202.8px" header_font_size_tablet="42px" header_font_size_phone="34px" header_font_size_last_edited="on|tablet" header_2_font_size_tablet="42px" header_2_font_size_phone="34px" header_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_font_size_tablet="34px" header_3_font_size_phone="28px" header_3_font_size_last_edited="on|phone" header_4_font_size_tablet="22px" header_4_font_size_phone="18px" header_4_font_size_last_edited="on|phone" header_5_font_size_tablet="" header_5_font_size_phone="16px" header_5_font_size_last_edited="on|tablet" border_color_all="#00a1ce" border_width_bottom="4px" text_text_align="justify" locked="off" inline_fonts="Alice" global_colors_info="{}" header_2_2_font_size_tablet="42px" header_3_2_font_size_tablet="42px" header_4_2_font_size_tablet="42px" header_5_2_font_size_tablet="42px" header_6_2_font_size_tablet="42px" header_2_2_font_size_phone="34px" header_3_2_font_size_phone="34px" header_4_2_font_size_phone="34px" header_5_2_font_size_phone="34px" header_6_2_font_size_phone="34px" header_2_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_4_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_5_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_6_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_2_3_font_size_tablet="34px" header_3_3_font_size_tablet="34px" header_4_3_font_size_tablet="34px" header_5_3_font_size_tablet="34px" header_6_3_font_size_tablet="34px" header_2_3_font_size_phone="28px" header_3_3_font_size_phone="28px" header_4_3_font_size_phone="28px" header_5_3_font_size_phone="28px" header_6_3_font_size_phone="28px" header_2_3_font_size_last_edited="on|phone" header_3_3_font_size_last_edited="on|phone" header_4_3_font_size_last_edited="on|phone" header_5_3_font_size_last_edited="on|phone" header_6_3_font_size_last_edited="on|phone" header_2_4_font_size_tablet="22px" header_3_4_font_size_tablet="22px" header_4_4_font_size_tablet="22px" header_5_4_font_size_tablet="22px" header_6_4_font_size_tablet="22px" header_2_4_font_size_phone="18px" header_3_4_font_size_phone="18px" header_4_4_font_size_phone="18px" header_5_4_font_size_phone="18px" header_6_4_font_size_phone="18px" header_2_4_font_size_last_edited="on|phone" header_3_4_font_size_last_edited="on|phone" header_4_4_font_size_last_edited="on|phone" header_5_4_font_size_last_edited="on|phone" header_6_4_font_size_last_edited="on|phone" header_2_5_font_size_phone="16px" header_3_5_font_size_phone="16px" header_4_5_font_size_phone="16px" header_5_5_font_size_phone="16px" header_6_5_font_size_phone="16px" header_2_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_4_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_5_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_6_5_font_size_last_edited="on|tablet"]

« Je ne changerais pas de métier. Moi, je finis le 10 juillet, pis c’est comme pas assez. »

[/et_pb_text][et_pb_text _builder_version="4.16" text_font_size="16px" text_line_height="2em" text_orientation="justified" custom_padding="||0px|||" text_font_size_tablet="15px" text_font_size_phone="14px" text_font_size_last_edited="on|phone" locked="off" global_colors_info="{}" width="100%" min_height="99px"]

En avril, elle part vers Tourelle pour y pêcher le homard, tous les jours, jusqu’à la mi-juillet. « On se réveille à 3 h, on part à 4 h et on revient vers 9 h 15.  Quand le soleil se lève sur la mer, quand la boule de feu se lève, je suis déjà sur l’eau. C’est magnifique. Juste ça, c’est quelque chose à vivre. Il faut aimer ça, mais c’est tellement beau et c’est tellement magique », raconte-t-elle. 

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row column_structure="1_2,1_2" _builder_version="4.18.0" custom_padding="|0px||||" locked="off" global_colors_info="{}"][et_pb_column type="1_2" _builder_version="4.16" global_colors_info="{}"][et_pb_image src="https://www.mangetonsaintlaurent.com/wp-content/uploads/2022/09/Marcelle.png" title_text="Marcelle" align="center" _builder_version="4.18.0" width="100%" min_height="621.8px" custom_margin="||18px|||" custom_padding="|0px|0px|||" global_colors_info="{}"][/et_pb_image][/et_pb_column][et_pb_column type="1_2" _builder_version="4.18.0" _module_preset="default" global_colors_info="{}"][et_pb_text _builder_version="4.18.0" header_2_font="Bellefair||||||||" header_2_text_color="#000000" header_2_font_size="48px" header_2_line_height="1.2em" header_6_font="Montserrat|700||on|||||" header_6_text_color="#ff4e00" header_6_font_size="12px" header_6_letter_spacing="2px" header_6_line_height="1.2em" text_orientation="center" max_width="700px" module_alignment="center" custom_margin="|||-155px||" custom_padding="|||0px||" header_2_font_size_tablet="42px" header_2_font_size_phone="34px" header_2_font_size_last_edited="on|desktop" header_6_font_size_tablet="42px" header_6_font_size_phone="34px" header_6_font_size_last_edited="off|phone" text_text_align="justify" locked="off" inline_fonts="Alice" global_colors_info="{}" header_2_2_font_size_tablet="42px" header_3_2_font_size_tablet="42px" header_4_2_font_size_tablet="42px" header_5_2_font_size_tablet="42px" header_6_2_font_size_tablet="42px" header_2_2_font_size_phone="34px" header_3_2_font_size_phone="34px" header_4_2_font_size_phone="34px" header_5_2_font_size_phone="34px" header_6_2_font_size_phone="34px" header_2_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_4_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_5_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_6_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_2_3_font_size_tablet="34px" header_3_3_font_size_tablet="34px" header_4_3_font_size_tablet="34px" header_5_3_font_size_tablet="34px" header_6_3_font_size_tablet="34px" header_2_3_font_size_phone="28px" header_3_3_font_size_phone="28px" header_4_3_font_size_phone="28px" header_5_3_font_size_phone="28px" header_6_3_font_size_phone="28px" header_2_3_font_size_last_edited="on|phone" header_3_3_font_size_last_edited="on|phone" header_4_3_font_size_last_edited="on|phone" header_5_3_font_size_last_edited="on|phone" header_6_3_font_size_last_edited="on|phone" header_2_4_font_size_tablet="22px" header_3_4_font_size_tablet="22px" header_4_4_font_size_tablet="22px" header_5_4_font_size_tablet="22px" header_6_4_font_size_tablet="22px" header_2_4_font_size_phone="18px" header_3_4_font_size_phone="18px" header_4_4_font_size_phone="18px" header_5_4_font_size_phone="18px" header_6_4_font_size_phone="18px" header_2_4_font_size_last_edited="on|phone" header_3_4_font_size_last_edited="on|phone" header_4_4_font_size_last_edited="on|phone" header_5_4_font_size_last_edited="on|phone" header_6_4_font_size_last_edited="on|phone" header_2_5_font_size_phone="16px" header_3_5_font_size_phone="16px" header_4_5_font_size_phone="16px" header_5_5_font_size_phone="16px" header_6_5_font_size_phone="16px" header_2_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_4_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_5_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_6_5_font_size_last_edited="on|tablet"]
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
Marcelle Jennis

"Mais tout n'est pas que magie et il faut être prêt.e à surmonter plusieurs obstacles".

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row column_structure="1_2,1_2" _builder_version="4.16" locked="off" global_colors_info="{}"][et_pb_column type="1_2" _builder_version="4.16" global_colors_info="{}"][et_pb_text _builder_version="4.16" text_font_size="16px" text_line_height="2em" header_4_font="Bellefair||||||||" header_4_text_color="#000000" header_4_font_size="30px" header_4_line_height="1.4em" text_orientation="justified" custom_padding="||0px|||" text_font_size_tablet="15px" text_font_size_phone="14px" text_font_size_last_edited="on|phone" header_4_font_size_tablet="" header_4_font_size_phone="24px" header_4_font_size_last_edited="on|phone" text_text_align="justify" locked="off" inline_fonts="Alice" global_colors_info="{}" header_2_2_font_size_tablet="42px" header_3_2_font_size_tablet="42px" header_4_2_font_size_tablet="42px" header_5_2_font_size_tablet="42px" header_6_2_font_size_tablet="42px" header_2_2_font_size_phone="34px" header_3_2_font_size_phone="34px" header_4_2_font_size_phone="34px" header_5_2_font_size_phone="34px" header_6_2_font_size_phone="34px" header_2_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_4_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_5_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_6_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_2_3_font_size_tablet="34px" header_3_3_font_size_tablet="34px" header_4_3_font_size_tablet="34px" header_5_3_font_size_tablet="34px" header_6_3_font_size_tablet="34px" header_2_3_font_size_phone="28px" header_3_3_font_size_phone="28px" header_4_3_font_size_phone="28px" header_5_3_font_size_phone="28px" header_6_3_font_size_phone="28px" header_2_3_font_size_last_edited="on|phone" header_3_3_font_size_last_edited="on|phone" header_4_3_font_size_last_edited="on|phone" header_5_3_font_size_last_edited="on|phone" header_6_3_font_size_last_edited="on|phone" header_2_4_font_size_tablet="22px" header_3_4_font_size_tablet="22px" header_4_4_font_size_tablet="22px" header_5_4_font_size_tablet="22px" header_6_4_font_size_tablet="22px" header_2_4_font_size_phone="18px" header_3_4_font_size_phone="18px" header_4_4_font_size_phone="18px" header_5_4_font_size_phone="18px" header_6_4_font_size_phone="18px" header_2_4_font_size_last_edited="on|phone" header_3_4_font_size_last_edited="on|phone" header_4_4_font_size_last_edited="on|phone" header_5_4_font_size_last_edited="on|phone" header_6_4_font_size_last_edited="on|phone" header_2_5_font_size_phone="16px" header_3_5_font_size_phone="16px" header_4_5_font_size_phone="16px" header_5_5_font_size_phone="16px" header_6_5_font_size_phone="16px" header_2_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_4_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_5_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_6_5_font_size_last_edited="on|tablet"]

Mais tout n'est pas que magie et il faut être prêt à surmonter plusieurs obstacles pour pratiquer le métier de pêcheur.se, particulièrement lorsqu'on est une femme et qu'on est l'une des premières à avoir voulu faire - et à avoir fait - sa place sur le Saint-Laurent. 

« Il y a eu beaucoup de fois où si je ne m’étais pas affirmée, si je n’avais pas pris position, je me serais fait manger la laine sur le dos”, se souvient-elle. “Au début, je n’avais pas de crédibilité. Pour les hommes, les femmes n’avaient pas le cerveau pour la mer. Mais, il faut tenir bon. » 

Et pour tenir bon, elle a tenu bon. Plus personne ne remettrait aujourd’hui en question la place de pionnière de la pêche au féminin sur le Saint-Laurent. Malgré tout, le métier continue de présenter ses défis. Au fil des années, la réglementation est devenue plus stricte. Les protocoles plus nombreux. La paperasse plus lourde. Un mal pour un bien, selon la pêcheuse : « Il faut déclarer plein de choses, comme déclarer les engins perdus en mer. Parce que, ce n’est pas une poubelle le Saint-Laurent! Je suis tombée sur plein de cages à bourgots l’autre jour, quand j’ai levé ma cage à homard, bien je les ai tous ramenés au quai. Elles étaient tellement rouillées, elles étaient dans le fond depuis 25-30 ans. J’ai enlevé une poubelle du Saint-Laurent. » 

On comprend davantage son attachement à son environnement lorsqu’on connaît un peu plus son histoire. En Basse-Côte-Nord, Marcelle et sa famille ont toujours mangé ce que la terre et la mer avaient à leur offrir au gré des saisons. Personne ne les approvisionnait en hiver, alors ils faisaient des provisions l’été et l’automne, en cannant les aliments. Quand on dépend autant de son environnement, on apprend à le chérir et à le respecter selon elle.

[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type="1_2" _builder_version="4.16" global_colors_info="{}"][et_pb_text _builder_version="4.16" text_font_size="16px" text_line_height="2em" text_orientation="justified" custom_padding="||0px|||" text_text_align="justify" locked="off" global_colors_info="{}" header_2_2_font_size_tablet="42px" header_3_2_font_size_tablet="42px" header_4_2_font_size_tablet="42px" header_5_2_font_size_tablet="42px" header_6_2_font_size_tablet="42px" header_2_2_font_size_phone="34px" header_3_2_font_size_phone="34px" header_4_2_font_size_phone="34px" header_5_2_font_size_phone="34px" header_6_2_font_size_phone="34px" header_2_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_4_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_5_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_6_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_2_3_font_size_tablet="34px" header_3_3_font_size_tablet="34px" header_4_3_font_size_tablet="34px" header_5_3_font_size_tablet="34px" header_6_3_font_size_tablet="34px" header_2_3_font_size_phone="28px" header_3_3_font_size_phone="28px" header_4_3_font_size_phone="28px" header_5_3_font_size_phone="28px" header_6_3_font_size_phone="28px" header_2_3_font_size_last_edited="on|phone" header_3_3_font_size_last_edited="on|phone" header_4_3_font_size_last_edited="on|phone" header_5_3_font_size_last_edited="on|phone" header_6_3_font_size_last_edited="on|phone" header_2_4_font_size_tablet="22px" header_3_4_font_size_tablet="22px" header_4_4_font_size_tablet="22px" header_5_4_font_size_tablet="22px" header_6_4_font_size_tablet="22px" header_2_4_font_size_phone="18px" header_3_4_font_size_phone="18px" header_4_4_font_size_phone="18px" header_5_4_font_size_phone="18px" header_6_4_font_size_phone="18px" header_2_4_font_size_last_edited="on|phone" header_3_4_font_size_last_edited="on|phone" header_4_4_font_size_last_edited="on|phone" header_5_4_font_size_last_edited="on|phone" header_6_4_font_size_last_edited="on|phone" header_2_5_font_size_phone="16px" header_3_5_font_size_phone="16px" header_4_5_font_size_phone="16px" header_5_5_font_size_phone="16px" header_6_5_font_size_phone="16px" header_2_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_4_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_5_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_6_5_font_size_last_edited="on|tablet"]

C’est d’ailleurs pourquoi elle souhaite voir de plus en plus de Québécois.es manger les espèces du Saint-Laurent et les produits du Québec en général : « J’aimerais qu’on mange plus notre Saint-Laurent au Québec. Les produits du Québec. […] La nature fait bien les choses. Tout est interrelié. Tout, tout, tout. Quand tu vis de la mer, tu t’en aperçois plus on dirait. »

 

Marcelle aura transmis sa passion à son fils, aujourd’hui âgé de 24 ans, qui pêche le homard à Cap-Chat. « Il nous clenche tous! » s’exclame-t-elle en riant. Dans les prochaines années, elle souhaite voir le métier de pêcheur devenir plus accessible : « Ce n’est pas facile rentrer sur le marché aujourd’hui, ça coûte terriblement cher. Je trouve ça dommage. Il va falloir qu’il y ait des tables rondes pour trouver une solution. »

Mais quand on lui demande si elle choisirait à nouveau le même métier aujourd’hui, Marcelle est sans appel : « Bien sûr! Je ne changerais rien. »

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section fb_built="1" admin_label="Footer" _builder_version="4.16" custom_padding="||||false|false" saved_tabs="all" locked="off" global_colors_info="{}"][/et_pb_section]" ["post_title"]=> string(52) "Marcelle Jennis, pionnière de la pêche au féminin" ["post_excerpt"]=> string(117) "“Au début, je n’avais pas de crédibilité. Pour les hommes, les femmes n’avaient pas le cerveau pour la mer."" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(4) "open" ["ping_status"]=> string(4) "open" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(48) "marcelle-jennis-pionniere-de-la-peche-au-feminin" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2022-10-04 18:25:53" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2022-10-04 18:25:53" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(44) "https://www.mangetonsaintlaurent.com/?p=7772" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" } [1]=> object(WP_Post)#13254 (24) { ["ID"]=> int(2440) ["post_author"]=> string(1) "7" ["post_date"]=> string(19) "2022-03-28 08:45:25" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2022-03-28 12:45:25" ["post_content"]=> string(19418) "[et_pb_section fb_built="1" _builder_version="4.16" global_colors_info="{}" min_height="3626.5px" custom_padding="0px|||||"][et_pb_row _builder_version="4.16" background_size="initial" background_position="top_left" background_repeat="repeat" hover_enabled="0" global_colors_info="{}" sticky_enabled="0" min_height="3522.5px"][et_pb_column type="4_4" _builder_version="4.16" custom_padding="|||" global_colors_info="{}" custom_padding__hover="|||"][et_pb_text _builder_version="4.18.0" background_size="initial" background_position="top_left" background_repeat="repeat" hover_enabled="0" global_colors_info="{}" custom_padding="||0px|||" header_font="Alice||||||||" sticky_enabled="0" min_height="3418.5px" inline_fonts="Montserrat,Alice,Montez"]

Par Gabriel Bourgault-Faucher, Chercheur à l’Institut de recherche en économie contemporaine

Les 22 et 23 février 2022 se tenait le Salon Fourchette bleue – poissons et fruits de mer. Organisé par Exploramer, une institution muséale à vocation scientifique et pédagogique localisée dans l’Est-du-Québec, cet événement a ouvert un nouveau chapitre dans l’histoire des pêches au Québec. En phase avec les appels à accroître l’autonomie alimentaire du Québec et à améliorer l’accès des Québécois aux produits aquatiques du Saint-Laurent, ce premier Salon a concrétisé la volonté d’un nombre croissant d’entreprises et d’institutions de voir évoluer le modèle des pêcheries vers la formation de nouveaux circuits de distribution et de valorisation des produits. Nous proposons ici de faire un retour sur cet événement ainsi que sa signification pour l’économie des pêches et des communautés côtières.

Un rendez-vous des acteurs de première ligne

C’est avec l’objectif manifeste de devancer le Seafood Expo North America de Boston afin que le Québec puisse « se servir d’abord » que le Salon, en tant que foire commerciale en bonne et due forme, a réuni acheteurs et vendeurs de poissons et fruits de mer de partout au Québec. En plus d’une journée consacrée aux rencontres d’affaires, une demi-journée a également permis de tenir des conférences et des panels traitant d’enjeux cruciaux pour les entrepreneurs du secteur, tels la traçabilité et l’identification, la logistique et le transport, la réglementation et le financement.

Des partenaires de taille – comme le MAPAQ, Merinov, Aliments du Québec, les Sociétés d’aide au développement des collectivités du Québec maritime, Stratégies Saint-Laurent, le Comité sectoriel de main-d’œuvre des pêches maritimes, le Salon canadien des produits de la mer et l’Institut de recherche en économie contemporaine – ont d’ailleurs mis l’épaule à la roue ou délié les cordons de leur bourse pour faire de la première édition de ce salon un succès.

Car c’est bien sur tous les plans que le Salon s’est avéré un succès : seize exposants, 160 visiteurs d’une soixantaine d’entreprises et organismes variés, présence des ministres de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, André Lamontagne, et du Tourisme, Caroline Proulx.

Soulignons en outre que les entreprises (pêcheurs, aquaculteurs, transformateurs, poissonniers et restaurateurs) qui ont participé à l’événement affichaient des profils variés et représentatifs de l’immense potentiel qui caractérise le secteur. Les entrepreneurs animés par le désir de faire les choses autrement, valorisant la qualité des produits, le développement de circuits courts, de même que l’accroissement de l’autonomie alimentaire des gens d’ici, étaient particulièrement bien représentés.

Il faut aussi relever la participation d’acteurs d’accompagnement et de financement, qui offrent des services de transport et de distribution, ainsi que des opportunités de développement et d’investissement aux entreprises. Ajoutons à cela la présence d’intervenants régionaux, comme les municipalités, les MRC et les communautés autochtones, d’organismes de concertation ou de développement économique et des centres de formation ou de recherche pour les pêcheries. Une participation aussi diversifiée est un signe indéniable que des changements sont en cours dans les manières de voir et de faire.

Un événement fondateur

En fait, non seulement cette première édition du Salon Fourchette bleue a-t-elle été un succès, mais elle a constitué un événement fondateur pour une nouvelle économie des pêches au Québec. Cela, pour au moins deux raisons qui ont trait à la concertation inédite des entreprises et institutions québécoises du secteur.

D’abord, il s’agissait du tout premier salon commercial des pêches au Québec destiné à réunir en un seul lieu, et autour d’un cadre partagé, les entreprises et organismes québécois du secteur des pêches et de l’aquaculture commerciales. Le rapprochement des entreprises œuvrant dans différents segments de ces filières (capture, aquaculture, transformation, distribution en gros et au détail, restauration) a permis de signer des contrats commerciaux, de tisser des relations d’affaires, d’ouvrir de nouvelles avenues de valorisation, d’identifier des solutions communes à des problèmes rencontrés, d’envisager mutualiser des équipements et des expertises, bref de développer ensemble des filières de produits aquatiques au Québec.

S’il s’agit à première vue d’une chose simple, il se trouve qu’elle ne s’était jamais concrétisée auparavant, pour des motifs qui relèvent du modèle économique privilégié dans ce secteur depuis plus de quatre cents ans. Le projet de structurer de nouveaux modes de valorisation et de distribution de produits aquatiques québécois vers le marché domestique a été amorcé par ce premier salon commercial. Il s’agira maintenant de bâtir sur ce succès.

Ensuite, cet événement a permis aux acteurs concernés de commencer à définir ensemble, sur la base de leurs modèles d’affaires, les nouvelles avenues de développement du marché québécois. Cet aspect est essentiel pour la suite : l’identification des voies d’avenir, des blocages institutionnels et des obstacles logistiques constitue une étape cruciale pour le développement des filières au Québec. La collaboration, voire la coopération des entreprises peut être structurée autour de ce cadre partagé. Grâce à une coordination des forces vives, il est possible de développer des outils et des projets susceptibles de dépasser des obstacles réputés infranchissables. Pensons notamment à ceux qui ont trait à la logistique et au transport, à la main d’œuvre, à la traçabilité et l’identification des produits. L’une des clés de réussite réside sans doute dans une meilleure maîtrise de ces éléments, qui viendront faciliter de manière générale la distribution et la mise en marché des produits aquatiques.

En somme, les synergies qu’un tel événement est susceptible de créer laissent entrevoir un réel changement d’approche dans le secteur des pêches et de l’aquaculture commerciales.

Vers une nouvelle économie des pêcheries

Plus fondamentalement, le Salon Fourchette bleue a ceci de novateur qu’il montre tout le potentiel d’une nouvelle économie des pêcheries, qui se fonde sur une logique foncièrement différente de celle qui prévaut actuellement.

De manière similaire à ce que nous pouvons observer en agriculture – avec peut-être une vingtaine d’années de retard –, cette nouvelle économie est la combinaison d’une volonté de diversifier le modèle conventionnel actuel, d’une ambition d’accroître l’autonomie alimentaire du Québec, ainsi que de la conscientisation des consommateurs qui adoptent des pratiques plus responsables.

Cela se traduit très concrètement par la formation progressive d’un nouvel écosystème entrepreneurial. Cette nouvelle économie peut être qualifiée de « territoriale », dans la mesure où elle prend davantage en compte les potentiels et les spécificités des communautés où elle est ancrée, allant des localités aux grands centres du Québec.

Il va sans dire que ce modèle territorial vient reconnecter les liens rompus entre le secteur d’activité et son territoire d’implantation. C’est un modèle que nous pouvons qualifier d’endogène ou d’autocentré, puisqu’il se fonde sur le marché domestique pour assurer sa pérennité. Il se construit de manière relativement autonome par rapport aux économies étrangères, en misant notamment sur la substitution des importations par la production et la consommation locales. Enfin, il mise sur le développement de produits à valeur ajoutée, où l’on fait mieux et de manière durable avec les richesses naturelles disponibles. Le projet d’autonomie alimentaire du MAPAQ s’inscrit d’ailleurs, au moins en partie, dans cette perspective.

Un pas dans la bonne direction, mais encore beaucoup de chemin à parcourir

Il ne faut pas vendre la peau du phoque avant de l’avoir tué ! Si une fenêtre d’opportunité s’ouvre en ce moment pour laisser entrevoir les contours d’une nouvelle économie des pêcheries, il faut garder à l’esprit que le chemin à parcourir demeure long.

Un premier constat qui doit être fait est que les entreprises qui souhaitent aller dans cette voie sont encore relativement isolées et faiblement coordonnées. Elles devront gagner en cohésion pour porter leurs initiatives à un niveau supérieur. Le Salon est un premier pas pour favoriser le développement de cette cohésion et miser sur les synergies qui surgiront entre elles. Il faut maintenant passer des discours à la mise en place de projets structurants.

Puis, il faut se rendre à l’évidence que des blocages institutionnels existent et limitent fortement l’expression du potentiel de cette nouvelle économie des pêcheries. Bien que des entreprises poussent et que des intervenants dans le secteur fassent sentir leur présence, les mécanismes décisionnels et l’élaboration des politiques et des programmes demeurent l’affaire d’une poignée d’acteurs. Mentionnons par exemple la mission et le fonctionnement du Comité d’intérêt public du MAPAQ, qui semblent obscurcir davantage qu’accélérer la naissance de nouveaux projets d’affaires structurants pour le secteur et les localités côtières. Davantage de lumière devra être projetée dans l’avenir sur le rôle et les décisions de ce Comité.

Enfin, et plus largement, c’est l’encadrement législatif et réglementaire du secteur qui doit être questionné. Le déploiement d’une nouvelle économie des pêcheries à l’intérieur des limites posées par les lois et règlements en vigueur va impérativement exiger une révision en profondeur. Au Québec, ces lois et règlements ont été pensés et mis en place pour une approche industrielle axée sur les volumes et l’exportation. Il en va de même des politiques publiques qui favorisent ce modèle. Il y a ainsi nécessité d’adapter les politiques, les lois et les règlements à la réalité de ces nombreuses entreprises qui souhaitent aujourd’hui procéder autrement. En agriculture, ce chantier visant à faire cohabiter deux modèles aux logiques contradictoires est déjà entamé. Toutefois, dans le secteur des pêches et de l’aquaculture commerciales, les réflexions et, surtout, les actions tardent à voir le jour.

Conclusion

L’émergence d’une économie renouvelée des pêcheries est manifeste. Il s’agit d’un modèle qui vient aujourd’hui diversifier les approches et ouvrir les perspectives, au bénéfice des communautés côtières qui en ont besoin.

Les changements climatiques auxquels nous sommes déjà confrontés pointent vers une reterritorialisation de l’alimentation, des chaînes de valeur, bref vers des initiatives pour les communautés locales, régionales et nationale, par des circuits de proximité et des pratiques écologiques. En ce sens, les pêches, l’aquaculture et la transformation durables et artisanales représentent un pan déterminant de l’avenir du secteur. Faire mieux et plus intelligemment avec ce dont nous disposons doit devenir le leitmotiv. Considérer les poissons et fruits de mer comme un stock de ressources se déclinant selon une logique de volume reste la pierre angulaire du modèle actuel : il s’agit de le faire évoluer vers de nouvelles pratiques, où l’exportation représentera l’une des nombreuses stratégies commerciales. Loin d’opposer un modèle à l'autre, il importe de les articuler de manière à faire primer les logiques locales dans l’élaboration des priorités de développement.

Nul doute que le Salon Fourchette bleue donnera le goût de l’avenir à ceux qui ont à cœur l’innovation, la découverte de nouveaux produits et l’appartenance à leurs milieux de vie. Il s’agit d’un rendez-vous pour l’an prochain.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]" ["post_title"]=> string(86) "Le Salon Fourchette bleue – poissons et fruits de mer : un événement fondateur ​" ["post_excerpt"]=> string(309) "Les 22 et 23 février 2022 se tenait le Salon Fourchette bleue – poissons et fruits de mer. Organisé par Exploramer, une institution muséale à vocation scientifique et pédagogique localisée dans l’Est-du-Québec, cet événement a ouvert un nouveau chapitre dans l’histoire des pêches au Québec. " ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(4) "open" ["ping_status"]=> string(4) "open" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(6) "2262-2" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2022-09-27 22:36:58" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2022-09-27 22:36:58" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(44) "https://www.mangetonsaintlaurent.com/?p=2262" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" } [2]=> object(WP_Post)#13237 (24) { ["ID"]=> int(2437) ["post_author"]=> string(2) "12" ["post_date"]=> string(19) "2021-07-01 11:34:58" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2021-07-01 11:34:58" ["post_content"]=> string(7729) "[et_pb_section fb_built="1" _builder_version="4.16" global_colors_info="{}" min_height="2287.1px" custom_padding="0px||0px|||"][et_pb_row _builder_version="4.16" background_size="initial" background_position="top_left" background_repeat="repeat" global_colors_info="{}" custom_padding="0px|||||" min_height="2050.1px"][et_pb_column type="4_4" _builder_version="4.16" custom_padding="|||" global_colors_info="{}" custom_padding__hover="|||"][et_pb_text _builder_version="4.16" background_size="initial" background_position="top_left" background_repeat="repeat" global_colors_info="{}" custom_padding="0px|||||"]

Diplômés du Québec ou de France, Sandra Autef, Emmanuel Sandt-Duguay et Guillaume Werstink se sont croisés à l’Université du Québec à Rimouski. Une fois sur le marché du travail, ils ont noué des liens professionnels, en paires et en trio. Pour Sandra et Emmanuel, c’était à l’Association de gestion halieutique autochtone Mi’gmaq et Malécite (AGHAMM) alors que Guillaume et Emmanuel se côtoyaient informellement, avant de conclure un partenariat d’affaires. Ils bâtissent ensemble une conserverie artisanale à Rimouski. Mange ton Saint-Laurent s’intéresse de près à cette démarche qui s’inscrit hors des cadres habituels. Après un premier texte sur la genèse du projet, voici l’ABC de la conserve, selon Chasse-Marée.

Par Hélène Raymond Journaliste, animatrice et auteure Elle est intarissable au téléphone. Spontanément, Sandra Autef remonte en arrière pour poser les jalons de l’historique de la conserve. Elle raconte Nicolas Appert, qui, poussé par l’État français qui veut permettre aux soldats au front de mieux se nourrir au début du XVIIIe siècle, découvre qu’en remplissant et bouchant des bouteilles de champagne avant de les plonger dans un bain d’eau bouillante, on peut préserver les contenus de la contamination et prolonger la conservation. Puis, elle enchaîne avec Louis Pasteur qui comprend, soixante ans plus tard, ce qui s’opère dans le contenant quand ce traitement thermique, combiné à l’anaérobie, anéantit des pathogènes. Elle mentionne ensuite la mise au point de la boîte de fer-blanc, par les Anglais. Une innovation qui sera le déclic d’une des révolutions de la transformation alimentaire et qui aura des retombées jusque dans nos régions maritimes, avec l’apparition de conserveries de homard en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine. bourgot et carvi sauvage Aujourd’hui, Chasse-Marée parie sur des saveurs du Saint-Laurent, à partir de deux mollusques : le bourgot et la mactre de Stimpson. L’entreprise proposera des aliments prêts à manger, festifs, capables de patienter dans les garde-manger en dehors des saisons de capture. Sandra poursuit, avec un rappel des principes scientifiques cette fois. Elle m’explique le rôle du PH : « Tout se joue sur le taux d’acidité de l’aliment. S’il est en bas de 4,6, on peut traiter à l’eau bouillante, comme Nicolas Appert. Plus haut? Nous devons stériliser l’emballage, en élevant la température à un degré plus haut que celui de l’eau qui bout, grâce à la pression exercée dans le milieu fermé qu’est l’autoclave. » Jusque-là, on retrouve les principes de la mise en conserve domestique, mais les choses se compliquent puisqu’il s’agit de d’aliments contenant des protéines animales et destinés à la vente: « Ensuite, il faut établir les valeurs de létalité, ce qui me permettra de dire, en fonction du produit, des ingrédients, du temps de traitement et de refroidissement que mon transfert d’énergie est correct et que le contenu est propre à la consommation. Plutôt que d’opter pour la conserve de verre, Chasse-Marée choisit la boîte de métal, la fameuse « canne », difficile à trouver sur le territoire nord-américain sauf pour le sirop d’érable! « On s’est donc tournés vers le marché européen pour dénicher un fournisseur en Galice. Des boîtes RO170 (pour 170 ml), imprimables sur les côtés : « C’est ce qu’on appelle des cannes deux pièces. On verse le contenu dans la première et une opération manuelle dirige la boîte dans la sertisseuse pour la pose du couvercle. L’enjeu, c’est de limiter la présence d’air, qui a pour effet de provoquer l’oxydation à la surface, ce qu’on veut éviter. » DPPT3476

La leçon suivante porte sur la quête de saveur, qui nous ramène à l’essence même de l’entreprise. Il faut comprendre que si c’est bon dans l’assiette, ce n’est pas automatiquement bon au sortir de l’autoclave! « Le traitement thermique joue sur le goût. En particulier celui des épices. Prends la livèche, que j’adore. Son côté céleri disparaît à la cuisson, ne reste qu’une forte amertume. »

Aucun outil ne lui permet de prédire le résultat. Sandra procède de manière scientifique. En partant d’une base (bourgot ou mactre de Stimpson), elle joue avec les saumures, l’huile, les marinades, les aromates, les temps de cuisson et de refroidissement, ne modifiant qu’une donnée à la fois pour comprendre ce qui fait le succès ou l’échec: « Un travail de fourmi! », reconnaît-elle, ranimant ainsi une expertise qui semble en voie de disparaître. En attendant la fin de l’aménagement de l’usine, la réception de l’autoclave (espéré pour octobre), la délivrance du permis, les tests qui continueront de s’additionner aux plus de 150 autres réalisés à la mi-juin, la réflexion d’équipe sur le graphisme, Sandra Autef a du pain sur la planche! « Actuellement, j’ai quatre ou cinq très bonnes recettes. Je compte démarrer avec trois cannes gourmandes, hivernales et poursuivre au printemps 2022 en enrichissant la gamme avec des mélanges plus frais. » En attendant, elle goûte, note, recommence et rêve de constituer un premier lexique de nos saveurs boréales, pour que tout ce travail puisse servir à d’autres. IMG_E2894Pour Manger notre Saint-Laurent, ce projet de Chasse-Marée nourrit la réflexion sur l’offre locale de produits distincts, adaptés aux nouvelles exigences des mangeurs. Et il n’y a pas qu’ici que la curiosité bouillonne : « Des conserveurs bretons prennent des nouvelles régulièrement pour savoir où nous en sommes. Ils trippent! Je me rends compte que là-bas, le transfert d’entreprises familiales de génération en génération limite la créativité et complique les choses quand on veut sortir des sentiers battus », conclut Sandra Autef. Si tout va bien, on pourra, d’ici la fin de l’année, goûter le fruit de toute cette réflexion stimulante (croisons les doigts!). En attendant, nous reprendrons des nouvelles et vous tiendrons au courant.   [/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]" ["post_title"]=> string(42) "Sandra Autef, rigueur et passion en cannes" ["post_excerpt"]=> string(279) "Aujourd’hui, Chasse-Marée parie sur des saveurs du Saint-Laurent, à partir de deux mollusques : le bourgot et la mactre de Stimpson. L’entreprise proposera des aliments prêts à manger, festifs, capables de patienter dans les garde-manger en dehors des saisons de capture." ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(4) "open" ["ping_status"]=> string(4) "open" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(41) "sandra-autef-rigueur-et-passion-en-cannes" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2022-09-27 22:50:52" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2022-09-27 22:50:52" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(44) "https://www.mangetonsaintlaurent.com/?p=2027" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "4" ["filter"]=> string(3) "raw" } [3]=> object(WP_Post)#13405 (24) { ["ID"]=> int(2435) ["post_author"]=> string(2) "12" ["post_date"]=> string(19) "2021-05-06 09:36:25" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2021-05-06 13:36:25" ["post_content"]=> string(24075) "[et_pb_section fb_built="1" _builder_version="4.16" min_height="6814.8px" custom_padding="0px||1px|||" global_colors_info="{}"][et_pb_row _builder_version="4.16" background_size="initial" background_position="top_left" background_repeat="repeat" min_height="6862.8px" custom_padding="0px|||||" global_colors_info="{}"][et_pb_column type="4_4" _builder_version="4.16" custom_padding="|||" global_colors_info="{}" custom_padding__hover="|||"][et_pb_text _builder_version="4.18.0" background_size="initial" background_position="top_left" background_repeat="repeat" min_height="6855.8px" custom_margin="||-402px|||" custom_padding="||0px|0px||" hover_enabled="0" global_colors_info="{}" sticky_enabled="0"]

Par Hélène Raymond, journaliste, animatrice et auteure

Depuis plusieurs années et malgré un ralentissement récent, l'augmentation de la part d’espèces marines ou d’eau douce issues de l’élevage n’a cessé de grimper. Pour l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’approvisionnement en nourriture pour les 9 milliards d’humains qui habiteront la planète bleue au milieu du XXIe siècle en est tributaire. Dans le dernier portrait sur la situation mondiale des pêches et de l’aquaculture (2018), on peut lire que : « c’est à l’aquaculture que l’on doit la croissance continue et impressionnante de poisson destiné à la consommation humaine ». Si la méthode entraîne son lot de questions quant à la performance environnementale de l’industrie, aux conditions de travail qui prévalent dans certains endroits, à l’échelle mondiale la FAO note une amélioration des pratiques, comme la diminution de farines de poissons sauvages dans les diètes des espèces d’élevage. Au Canada, l’activité se répartit à peu près également entre les côtes ouest et est. Les quatre provinces atlantiques fournissent, ensemble, plus de 50% de la production canadienne. Pour les deux tiers, il s’agit de saumon et de truite alors que le tiers restant est composé de mollusques : essentiellement des moules et des huîtres. Esturgeon, omble chevalier, flétan et morue s'ajoutent. Le Québec n’est responsable que de 1% de la production aquacole du Canada. Comment expliquer cette position ? Nous sommes partis chercher des réponses.

Qu’est-ce que l’aquaculture?

Dans le monde, qui dit aquaculture dit : « Élevage d'organismes aquatiques en zones continentales et côtières, impliquant une intervention dans le processus d'élevage en vue d'en améliorer la production, et la propriété individuelle ou juridique du stock en élevage (FAO) ». Différents termes s’appliquent ensuite à l’eau douce ou salée. On trouve poissons, crustacés, mollusques dans les deux catégories. Nous avons donc choisi les mots mariculture (pour l’aquaculture en eau marine), en recourant au terme qui s’applique à chaque espèce : pour les moules, on parlera donc de mytiliculture, les huîtres, d’ostréiculture, les pétoncles, de pectiniculture. Il n'existe pas de pisciculture en eau salée sur le territoire québécois. Nous optons pour dulciculture, qui désigne l’aquaculture en eau douce. Les algues se classent à part. Au Québec, qui dit mariculture dit: présence de glace (lors d’hivers « normaux »), côte plutôt inhospitalière, investissements majeurs, tentatives avortées, labyrinthe réglementaire, mais aussi détermination hors du commun, résilience des éleveurs, qualité de produits, recherche et développement.

Composer avec le territoire

Le relief des rives québécoises diffère de celui des provinces atlantiques et la rigueur des hivers vient compliquer les choses. Oublions celui de 2020-2021! La présence de glace, combinée à celle des tempêtes, secoue les installations, quand elle ne les rend pas carrément impossibles sur certains sites. Dans les fjords de Terre-Neuve, les estuaires de rivières du Nouveau-Brunswick ou de l’Île-du-Prince-Édouard, les conditions sont favorables. De plus, dans les provinces maritimes à tout le moins, l’action du Gulf Stream réchauffe l’eau et permet de gagner du temps de croissance. Plus elle est froide, plus on mettra d’années avant d’obtenir des mollusques de taille commerciale. Aux extrêmes de l’Amérique du Nord, une même huître grossit plus vite dans le golfe du Mexique que celui du Saint-Laurent. D’une à deux années au sud des États-Unis et de quatre à sept, au Canada. Les conditions géophysiques qui caractérisent le territoire québécois ont teinté les succès d’élevage et fait en sorte que les investissements requis pour démarrer et exploiter une entreprise sont plus importants qu’ailleurs

Une petite industrie maricole

Ils ne sont qu’une quinzaine, à pratiquer la mytiliculture, la pectiniculture et l’ostréiculture sur les milliers de kilomètres de côtes de la Gaspésie, des Îles-de-la-Madeleine et de la Côte-Nord (jusqu’à la frontière du Labrador). Gilbert Scantland, conseiller du Regroupement des mariculteurs du Québec, souligne que trois à quatre de ces exploitations génèrent de 80 à 90% des ventes totales. Il se rappelle le premier plan stratégique de développement du secteur, en 1995: « On a vu des investissements puis, une nette progression de l’activité après son adoption. Si des expériences négatives ont rendu les gouvernements plus frileux, plusieurs tiennent bon. C’est une industrie résiliente. »

Sylvain Vigneau (Les Moules de culture) est un entrepreneur de la première heure, en affaires depuis 1986. Biologiste, d’abord pectiniculteur, il est devenu mytiliculteur. Il se rappelle les stations de recherche, présentes dans les régions maritimes dans les décennies 1970 et 1980, sous la responsabilité du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ). L’élan et la détermination y étaient, la volonté politique aussi. Alors, que s’est-il passé pour qu’on ne soit pas rendu plus loin? Plusieurs événements, nous dit-il : « À la fin des années 1980, tous les éleveurs coquilliers de l’est du Canada ont brutalement cessé leurs activités à l’apparition des premiers cas d’une intoxication amnésiante qui a provoqué trois décès et des symptômes chez 140 personnes à l’Île-du-Prince-Édouard. Cette toxine liée à la présence d’acide domoïque, s’est développée lors de blooms d’algues. Elle n’a pas resurgi depuis. En plus de cette toxine amnésiante, deux autres constituent de graves menaces : l’une, paralysante, l’autre diarrhéique. Toutes sont thermorésistantes. Depuis la catastrophe, l’industrie s’astreint à des règles strictes. Toutes les installations sont soumises à un échantillonnage hebdomadaire des mollusques. Ces coquillages sont de puissants filtres, capables d’assainir l’eau dans laquelle ils grandissent, mais aussi d’accumuler des contaminants chimiques ou biologiques dans leur système digestif (que l’on ingère en les avalant en entier) et qui peuvent rendre sévèrement malade. Voilà pourquoi on campe les élevages à distance des rejets d’eaux usées, des effluents industriels, des quais et marinas (ce qui sert aussi à limiter les risques d'infections bactériennes). Et c’est ce qui explique que le long de certaines plages, on trouve des avertissements qui interdisent cueillette et consommation domestique. L’élevage ou la récolte, dans les zones contrôlées, offre une plus grande sécurité. Voir cet article de Marie-Claude Lefebvre.

La tempête calmée, toutes sortes d’embûches, allant du financement à la commercialisation, se sont dressées. On hésitait à soutenir l’industrie. De plus, l’absence d'ateliers québécois de transformation, comme ceux de l’Île-du-Prince-Édouard, oblige à tout faire. La longueur d’avance prise par cette province depuis les années 1970 lui a permis de se maintenir en tête de peloton. On y a récolté 44 millions de livres de moules en 2014, soit 80% de la production canadienne. Plus de 1000 personnes y travaillent. Sylvain Vigneau expédie aujourd’hui 50% de sa production chez Mussel King qui les conditionne en coquille, les congèle sous vide et les exporte. Le reste est écoulé aux Îles-de-la-Madeleine et chez les restaurateurs québécois. Il affirme que la pandémie lui a permis de se rapprocher des consommateurs en développant le marché de détail.

Photo : Regroupement des mariculteurs du Québec

Des filières mytilicoles qui offrent des avantages, des canards qui causent des maux de tête

Dans l’industrie bioalimentaire, la filière est cette chaîne d’activité qui lie les intervenants d’un même secteur. En mariculture par exemple, elle s’étend de l'obtention du naissain (il s'agit du nom donné aux juvéniles de tous les mollusques) à la conduite de l’élevage jusqu'à la transformation, la distribution et la mise en marché. Une façon de faire établie depuis longtemps qui sert les mytiliculteurs de l’Île-du-Prince-Édouard. Nombreux, regroupés sur le territoire, ils peuvent écouler la récolte dans des usines de proximité. Sylvain explique: « Nous produisons 400 000 livres de moules chaque année, on peut monter à un million, mais à condition de les écouler! Nous avons une très belle moule, sa coquille résiste au transport, mais les difficultés d’acheminer rapidement des aliments frais à l’extérieur de l'archipel sont un casse-tête. »

S’ajoute la question du prix. On parle d’un « produit de commodité » plutôt que de niche. En consultant les circulaires des épiceries au moment de rédiger cet article, nous avons trouvé des moules québécoises vendues à $6.49 le sac de 907 grammes. Une quantité qui suffit, selon Ricardo, à nourrir deux personnes. C'est une des ressources marines les moins coûteuses du panier d’alimentation.  Il faut donc de bons volumes avant de générer des profits, considérant que l’implantation d’un site d’élevage commande d’importants investissements qui mettront du temps à rapporter. Aux années de patience et de détermination pour obtenir les nombreux permis d’exploitation municipaux, fédéral et provincial, s’ajoutent les années entre la production du naissain et l’atteinte de la taille commerciale.

Et on ne peut ignorer les dégâts causés par la prédation des canards de mer. À partir de 2010, ils ont eu raison de la détermination de quelques mytiliculteurs. Christian Vigneau des Cultures du Large, aux Îles-de-la-Madeleine est de ceux-là. Sa compagnie s’appelait alors La Moule du large! Il se souvient avoir tout perdu quand les oiseaux se sont jetés sur ses installations pour s’alimenter. Depuis il a choisi de se concentrer sur les huîtres, inaccessibles pour ces prédateurs. Notons, là encore, l’avantage de leur faire la lutte en étant groupés pour absorber les coûts d’effarouchement et de contrôle. Le Québec continue de chercher des solutions adaptées à la taille des exploitations. Un portrait dressé par les spécialistes du MAPAQ pour Manger notre Saint-Laurent fait état d’une diminution de l’activité mytilicole : « Les premiers permis commerciaux ont été émis en 1984 aux Îles-de-la-Madeleine. Une première production de cinq tonnes fut récoltée en 1985. La production commerciale de la moule s’est étendue en Gaspésie dans la Baie-des-Chaleurs et sur la Côte-Nord. La croissance a permis d’avoisiner les 600 tonnes, en 2005. » Puis, les canards de mer ont commencé leurs ravages et les éleveurs ont cessé ou réorienté leur activité. Sept entreprises l’ont commercialisée en 2019 : quatre en Gaspésie, deux aux Îles-de-la-Madeleine et une sur la Côte-Nord. Les moules que nous consommons au Québec proviennent essentiellement de l’Île-du-Prince-Édouard. Sylvain croise les doigts, ses moules grossissent à l’abri d’une lagune où elles semblent, heureusement, difficiles à repérer.

Photo : Regroupement des mariculteurs du Québec

L’instabilité de la pectiniculture

Cette fois, le prix serait au rendez-vous, il vaut son pesant d’or. Mais, comme la ressource sauvage est abondante, l’élevage met du temps à démarrer véritablement. Pour les deux types de pétoncles : géant et d’Islande, deux espèces à croissance lente, malgré des efforts de recherche et développement commencés dans les années 1990, des projets d’ensemencement issus du captage de naissain en milieu naturel et l’apparition d’entreprises, l'essor se fait attendre. La pectiniculture représentait moins de 5% de la production maricole québécoise en 2017 et 2018 (le MAPAQ observe également qu’il s’agit d’une pratique marginale au Canada). Le nombre d'exploitations varie entre deux et quatre selon l’année. Elles sont disparues du paysage des îles et diminuent leur activité ailleurs. Toutefois, la diversification et le déploiement de sorties d'interprétation destinées aux touristes offrent des pistes d’avenir. Le pétoncle de baie (ou Princesse?) qui atteint plus rapidement sa taille commerciale en écloserie, intéresse actuellement certains éleveurs.

Beaucoup d’espoir pour l’ostréiculture

L’intérêt pour l’ostréiculture est le plus marqué et les changements climatiques pourraient aider en diminuant le temps de croissance des huîtres, la température de l’eau se maintenant autour de 20°C dans plusieurs secteurs des Îles-de-la-Madeleine et en Gaspésie pendant plusieurs semaines. Cinq entreprises commercialisent des huîtres. Trois aux îles, une en Gaspésie et une autre sur la Côte-Nord. Le succès de la Trésor du Large (de Christian Vigneau) a été suivi par ceux de la William B, de la Ferme maricole du Grand Large; de la Grande-Entrée, de Grande-Entrée Aquaculture; de la Old Harry et des Huîtres Baie-des-Chaleurs, ces deux dernières ne produisant que des huîtres. Ajoutons les projets de diversification pour les Moules Carleton-sur-Mer, les premières ventes d’huîtres de la Côte-Nord de la Ferme maricole Purmer et le permis expérimental d’affinage détenu par Manowin, à Anticosti.

En consultant le profil de l’industrie maricole, on constate que la production, en nombre d’unités (d’huîtres), a augmenté de 136% entre 2015 et 2019.  En 2015, l’huître représentait près de 41% de la valeur des ventes réalisées par les mariculteurs québécois et 65% en 2019.

La mariculture québécoise regroupe des gens déterminés, patients, qui doivent maîtriser la règlementation de plusieurs ministères, monter des plans d’affaire, obtenir financement et permis d’exploitation avant même d’immerger leurs mollusques en milieu naturel, mais ils tiennent le coup : « C’est une belle job, un métier passionnant! » me confieront certains.  La preuve? C’est qu’ils continuent d’y croire.

Un secteur dulcicole prêt à prendre de l’expansion

Au Québec, mariculteurs et dulciculteurs se retrouvent autour de leurs tables de discussion respectives. Les éleveurs en eau douce, parce qu’ils élèvent des espèces animales, font partie d’une fédération spécialisée de l’Union des producteurs agricoles (UPA) : l’Association des aquaculteurs du Québec. Ces spécialistes des salmonidés (truite arc-en-ciel, omble de fontaine et omble chevalier) se divisent en deux groupes : celui de l'ensemencement des plans d’eau de pêche sportive pour les deux tiers et la production de poisson pour la consommation humaine pour le tiers restant, soit près de 400 tonnes par année. Implantées depuis le milieu du XIXe siècle pour répondre aux besoins des sites privés, les piscicultures ont, cent ans plus tard, connu un élan alors que la demande pour la pêche récréative s’impose à plus grande échelle. Ce n’est que vers 1980 que débute l’élevage pour le marché de la table. Aujourd’hui, on compte environ 90 dulciculteurs sur le territoire. Ils sont présents partout, à l’exception du Nord-du-Québec. Eux aussi ont relevé plusieurs défis.

En plein essor dans les années 1990, l’industrie est alors placée devant l’obligation de réduire son impact.  Les rejets de phosphore qu’elle génère forcent l’adoption d’une norme les limitant à 4,2 kilos de phosphore par tonne de production. Il s’agirait d’une des plus sévères au monde.  Toutes s’y conforment, mais seules celles établies dans des régions où le bassin versant ne se trouve pas en surplus de phosphore peuvent actuellement augmenter les volumes.

Les salmonidés sont des espèces carnivores qui se nourrissent de poissons et d’insectes. Ils ont besoin de protéines. En élevage, elles leur sont fournies par des granules qui contiennent des farines de viande, de poisson sauvage et de végétaux (blé, maïs, soya). Leur croissance réclame également l’ingestion d’huiles de poisson (que l’on réussit à substituer depuis quelques années). Pêcher des poissons pour alimenter…des poissons est un des enjeux de l’aquaculture et de la pêche en général (c’est ainsi qu’on appâte, par exemple, les homards dans les casiers).

Le travail effectué par Grant Vandenberg, professeur titulaire au Département des sciences animales à l’Université Laval vise à développer des farines d’insectes et à réduire les niveaux de phosphore dans l’alimentation des poissons (donc, de réduire les taux à l’effluent). Il nous apprend que le Québec est en voie de devenir un leader en Amérique du Nord à ce chapitre et qu’une chaire de recherche a vu jour pour explorer ces possibilités et, qui sait, rendre le Québec moins dépendant de l’approvisionnement en moulées spécialisées, produites par des multinationales. François Guillemette, président de l’Association des aquaculteurs et copropriétaire de la Pisciculture Jacques-Cartier et de la Pisciculture Alphonse-Tellier fille entrevoit une transformation de la dulciculture, dans la prochaine décennie.

Le potentiel d’expansion se trouve donc dans des régions où les pratiques agricoles génèrent moins de rejets de phosphore et dans cette révolution de la diète des poissons. Julie Roy, directrice de la Table filière de l’aquaculture en eau douce du Québec reconnaît que le marché de l’ensemencement est en équilibre alors que la demande est forte pour la truite « de table ». Des 1 100 à 1200 tonnes produites annuellement, seulement 10% se retrouvent dans les assiettes: « Le Québec ne produit en ce moment que 10% de ce qu’il consomme. » De plus, l’engouement pour la pêche sportive stimule la demande.

Photo : Raymer Aquaculture

Un plan d’avenir pour l’aquaculture

Pour la mariculture, Gilbert Scantland rêve d'un développement à long terme inspiré de l'essor de l’éolien. La démarche s’appuierait sur une vision, des objectifs, des investissements dans la filière et servirait de levier économique dans les régions maritimes.

En dulciculture, Julie Roy affirme que tout est là pour l’expansion : « C’est une façon de dynamiser le territoire, une activité écoresponsable, un aliment santé, déjà connu des mangeurs. » Grant Vandenberg complète ses propos : « Nous produisons sur terre, dans des milieux contrôlés, nos normes strictes seront payantes, à la longue. Les éleveurs sont plus conscients des enjeux environnementaux. Ils se professionnalisent. »

Dans un Québec où le choc de la COVID-19 accélère la réflexion sur l’autonomie alimentaire, il y a sans doute lieu de pérenniser ce qui existe, d’harmoniser les actions des ministères, d’accélérer les processus réglementaires et d’imaginer de nouvelles avenues. Tous en rêvent et y travaillent, en rappelant que le Québec s’est engagé à doubler sa production aquacole, d’ici 2025.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]" ["post_title"]=> string(37) "Aquaculture : Où en est le Québec ?" ["post_excerpt"]=> string(155) "Le Québec n’est responsable que de 1% de la production aquacole du Canada. Comment expliquer cette position ? Nous sommes partis chercher des réponses." ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(4) "open" ["ping_status"]=> string(4) "open" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(31) "aquaculture-ou-en-est-le-quebec" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(71) " https://www.mangetonsaintlaurent.com/2020/12/18/des-huitres-pour-noel/" ["post_modified"]=> string(19) "2022-10-04 18:07:23" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2022-10-04 18:07:23" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(44) "https://www.mangetonsaintlaurent.com/?p=1927" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" } } ["post_count"]=> int(4) ["current_post"]=> int(-1) ["in_the_loop"]=> bool(false) ["post"]=> object(WP_Post)#13255 (24) { ["ID"]=> int(7772) ["post_author"]=> string(1) "8" ["post_date"]=> string(19) "2022-09-28 14:34:01" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2022-09-28 14:34:01" ["post_content"]=> string(24627) "[et_pb_section fb_built="1" admin_label="Post Header" _builder_version="4.18.0" custom_padding="0px|||||" global_colors_info="{}"][et_pb_row _builder_version="4.16" width="100%" max_width="1600px" custom_padding="0px|||||" global_colors_info="{}"][et_pb_column type="4_4" _builder_version="4.16" global_colors_info="{}"][et_pb_image src="https://www.mangetonsaintlaurent.com/wp-content/uploads/2022/09/Marcelle-Jenniss_1-scaled.jpg" title_text="Marcelle Jenniss_1" _builder_version="4.18.0" global_colors_info="{}"][/et_pb_image][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section fb_built="1" admin_label="Post Body" _builder_version="4.16" locked="off" global_colors_info="{}"][et_pb_row column_structure="3_5,2_5" admin_label="Row" _builder_version="4.18.0" custom_padding="||0px|||" global_colors_info="{}"][et_pb_column type="3_5" _builder_version="4.16" global_colors_info="{}"][et_pb_text admin_label="Text" _builder_version="4.18.0" _dynamic_attributes="content" header_font="Alice||||||||" header_text_align="left" header_font_size="80px" header_line_height="1.2em" header_2_font_size="80px" header_3_font_size="80px" header_4_font_size="80px" header_5_font_size="80px" header_6_font_size="80px" max_width="924px" custom_margin="-188px||||false|false" custom_margin_tablet="0px||||false|false" custom_margin_phone="||||false|false" custom_margin_last_edited="on|phone" header_font_size_tablet="64px" header_font_size_phone="40px" header_font_size_last_edited="on|phone" header_2_font_size_tablet="42px" header_2_font_size_phone="34px" header_2_font_size_last_edited="on|phone" header_3_font_size_tablet="42px" header_3_font_size_phone="34px" header_3_font_size_last_edited="on|phone" header_4_font_size_tablet="42px" header_4_font_size_phone="34px" header_4_font_size_last_edited="on|phone" header_5_font_size_tablet="42px" header_5_font_size_phone="34px" header_5_font_size_last_edited="on|phone" header_6_font_size_tablet="42px" header_6_font_size_phone="34px" header_6_font_size_last_edited="on|phone" text_text_align="justify" locked="off" global_colors_info="{}" header_2_2_font_size_tablet="42px" header_3_2_font_size_tablet="42px" header_4_2_font_size_tablet="42px" header_5_2_font_size_tablet="42px" header_6_2_font_size_tablet="42px" header_2_2_font_size_phone="34px" header_3_2_font_size_phone="34px" header_4_2_font_size_phone="34px" header_5_2_font_size_phone="34px" header_6_2_font_size_phone="34px" header_2_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_4_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_5_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_6_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_2_3_font_size_tablet="34px" header_3_3_font_size_tablet="34px" header_4_3_font_size_tablet="34px" header_5_3_font_size_tablet="34px" header_6_3_font_size_tablet="34px" header_2_3_font_size_phone="28px" header_3_3_font_size_phone="28px" header_4_3_font_size_phone="28px" header_5_3_font_size_phone="28px" header_6_3_font_size_phone="28px" header_2_3_font_size_last_edited="on|phone" header_3_3_font_size_last_edited="on|phone" header_4_3_font_size_last_edited="on|phone" header_5_3_font_size_last_edited="on|phone" header_6_3_font_size_last_edited="on|phone" header_2_4_font_size_tablet="22px" header_3_4_font_size_tablet="22px" header_4_4_font_size_tablet="22px" header_5_4_font_size_tablet="22px" header_6_4_font_size_tablet="22px" header_2_4_font_size_phone="18px" header_3_4_font_size_phone="18px" header_4_4_font_size_phone="18px" header_5_4_font_size_phone="18px" header_6_4_font_size_phone="18px" header_2_4_font_size_last_edited="on|phone" header_3_4_font_size_last_edited="on|phone" header_4_4_font_size_last_edited="on|phone" header_5_4_font_size_last_edited="on|phone" header_6_4_font_size_last_edited="on|phone" header_2_5_font_size_phone="16px" header_3_5_font_size_phone="16px" header_4_5_font_size_phone="16px" header_5_5_font_size_phone="16px" header_6_5_font_size_phone="16px" header_2_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_4_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_5_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_6_5_font_size_last_edited="on|tablet" min_height="275px"]@ET-DC@eyJkeW5hbWljIjp0cnVlLCJjb250ZW50IjoicG9zdF90aXRsZSIsInNldHRpbmdzIjp7ImJlZm9yZSI6IjxoMT4iLCJhZnRlciI6IjwvaDE+In19@[/et_pb_text][et_pb_text _builder_version="4.16" text_font_size="16px" text_line_height="2em" text_orientation="justified" text_font_size_tablet="15px" text_font_size_phone="14px" text_font_size_last_edited="on|phone" locked="off" inline_fonts="Alice" global_colors_info="{}"]

Drôle, déterminée, colorée, caractérielle, chaleureuse, passionnée... Des qualificatifs qu’on peut aisément employer pour décrire Marcelle Jennis, pêcheuse de homard à Tourelle, en Haute-Gaspésie. Mais si toutes ces qualités font assurément son charme, un seul ingrédient est, selon ses propres dires, nécessaire pour devenir pêcheur.se : la passion.

Marcelle Jennis est née en Basse-Côte-Nord, à Gethsémani un petit village situé près de Kegaska. Amoureuse de la mer, elle estime être devenue pêcheuse par choix, même si la vie a bien fait les choses : « J’ai grandi une partie de ma vie sur l’eau, parce qu’on voyageait beaucoup par la voie navigable et j’ai grandi dans une pourvoirie les 16 premiers étés de ma vie. » En 1987, elle rencontre l’homme qui deviendra le père de son garçon, alors détenteur d’un permis de crabe. Elle pêche avec lui le long de l’île Anticosti, à Natashquan, à Havre-Saint-Pierre et à Sept-Îles. Après une interruption de quelques années dans les années 1990 pour travailler pour le barrage Denis-Perron (anciennement SM3), elle obtient son brevet de capitaine en 2002, décide de retourner en mer et de ne plus jamais la quitter. « Ça me manquait terriblement », explique-t-elle. Aujourd’hui, la pêcheuse passe une partie de l’année à Grande-Rivière, située dans la MRC du Rocher-Percé, où elle est propriétaire d’une maison et où elle entrepose son bateau dans la cour.

[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type="2_5" _builder_version="4.16" global_colors_info="{}"][et_pb_text admin_label="Text" _builder_version="4.18.0" header_text_color="#000000" header_font_size="48px" header_line_height="1.2em" header_2_font="Bellefair||||||||" header_2_text_align="left" header_2_text_color="#000000" header_2_font_size="48px" header_2_line_height="1.2em" header_3_font="Bellefair||||||||" header_3_text_color="#000000" header_3_font_size="38px" header_3_line_height="1.2em" header_4_font="Bellefair||||||||" header_4_text_color="#000000" header_4_font_size="30px" header_4_line_height="1.4em" header_5_font="Bellefair||||||||" header_5_text_color="#000000" header_5_font_size="22px" header_5_line_height="1.2em" header_6_font="Montserrat|700||on|||||" header_6_text_color="#ff4e00" header_6_font_size="12px" header_6_letter_spacing="2px" header_6_line_height="1.2em" min_height="202.8px" header_font_size_tablet="42px" header_font_size_phone="34px" header_font_size_last_edited="on|tablet" header_2_font_size_tablet="42px" header_2_font_size_phone="34px" header_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_font_size_tablet="34px" header_3_font_size_phone="28px" header_3_font_size_last_edited="on|phone" header_4_font_size_tablet="22px" header_4_font_size_phone="18px" header_4_font_size_last_edited="on|phone" header_5_font_size_tablet="" header_5_font_size_phone="16px" header_5_font_size_last_edited="on|tablet" border_color_all="#00a1ce" border_width_bottom="4px" text_text_align="justify" locked="off" inline_fonts="Alice" global_colors_info="{}" header_2_2_font_size_tablet="42px" header_3_2_font_size_tablet="42px" header_4_2_font_size_tablet="42px" header_5_2_font_size_tablet="42px" header_6_2_font_size_tablet="42px" header_2_2_font_size_phone="34px" header_3_2_font_size_phone="34px" header_4_2_font_size_phone="34px" header_5_2_font_size_phone="34px" header_6_2_font_size_phone="34px" header_2_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_4_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_5_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_6_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_2_3_font_size_tablet="34px" header_3_3_font_size_tablet="34px" header_4_3_font_size_tablet="34px" header_5_3_font_size_tablet="34px" header_6_3_font_size_tablet="34px" header_2_3_font_size_phone="28px" header_3_3_font_size_phone="28px" header_4_3_font_size_phone="28px" header_5_3_font_size_phone="28px" header_6_3_font_size_phone="28px" header_2_3_font_size_last_edited="on|phone" header_3_3_font_size_last_edited="on|phone" header_4_3_font_size_last_edited="on|phone" header_5_3_font_size_last_edited="on|phone" header_6_3_font_size_last_edited="on|phone" header_2_4_font_size_tablet="22px" header_3_4_font_size_tablet="22px" header_4_4_font_size_tablet="22px" header_5_4_font_size_tablet="22px" header_6_4_font_size_tablet="22px" header_2_4_font_size_phone="18px" header_3_4_font_size_phone="18px" header_4_4_font_size_phone="18px" header_5_4_font_size_phone="18px" header_6_4_font_size_phone="18px" header_2_4_font_size_last_edited="on|phone" header_3_4_font_size_last_edited="on|phone" header_4_4_font_size_last_edited="on|phone" header_5_4_font_size_last_edited="on|phone" header_6_4_font_size_last_edited="on|phone" header_2_5_font_size_phone="16px" header_3_5_font_size_phone="16px" header_4_5_font_size_phone="16px" header_5_5_font_size_phone="16px" header_6_5_font_size_phone="16px" header_2_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_4_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_5_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_6_5_font_size_last_edited="on|tablet"]

« Je ne changerais pas de métier. Moi, je finis le 10 juillet, pis c’est comme pas assez. »

[/et_pb_text][et_pb_text _builder_version="4.16" text_font_size="16px" text_line_height="2em" text_orientation="justified" custom_padding="||0px|||" text_font_size_tablet="15px" text_font_size_phone="14px" text_font_size_last_edited="on|phone" locked="off" global_colors_info="{}" width="100%" min_height="99px"]

En avril, elle part vers Tourelle pour y pêcher le homard, tous les jours, jusqu’à la mi-juillet. « On se réveille à 3 h, on part à 4 h et on revient vers 9 h 15.  Quand le soleil se lève sur la mer, quand la boule de feu se lève, je suis déjà sur l’eau. C’est magnifique. Juste ça, c’est quelque chose à vivre. Il faut aimer ça, mais c’est tellement beau et c’est tellement magique », raconte-t-elle. 

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row column_structure="1_2,1_2" _builder_version="4.18.0" custom_padding="|0px||||" locked="off" global_colors_info="{}"][et_pb_column type="1_2" _builder_version="4.16" global_colors_info="{}"][et_pb_image src="https://www.mangetonsaintlaurent.com/wp-content/uploads/2022/09/Marcelle.png" title_text="Marcelle" align="center" _builder_version="4.18.0" width="100%" min_height="621.8px" custom_margin="||18px|||" custom_padding="|0px|0px|||" global_colors_info="{}"][/et_pb_image][/et_pb_column][et_pb_column type="1_2" _builder_version="4.18.0" _module_preset="default" global_colors_info="{}"][et_pb_text _builder_version="4.18.0" header_2_font="Bellefair||||||||" header_2_text_color="#000000" header_2_font_size="48px" header_2_line_height="1.2em" header_6_font="Montserrat|700||on|||||" header_6_text_color="#ff4e00" header_6_font_size="12px" header_6_letter_spacing="2px" header_6_line_height="1.2em" text_orientation="center" max_width="700px" module_alignment="center" custom_margin="|||-155px||" custom_padding="|||0px||" header_2_font_size_tablet="42px" header_2_font_size_phone="34px" header_2_font_size_last_edited="on|desktop" header_6_font_size_tablet="42px" header_6_font_size_phone="34px" header_6_font_size_last_edited="off|phone" text_text_align="justify" locked="off" inline_fonts="Alice" global_colors_info="{}" header_2_2_font_size_tablet="42px" header_3_2_font_size_tablet="42px" header_4_2_font_size_tablet="42px" header_5_2_font_size_tablet="42px" header_6_2_font_size_tablet="42px" header_2_2_font_size_phone="34px" header_3_2_font_size_phone="34px" header_4_2_font_size_phone="34px" header_5_2_font_size_phone="34px" header_6_2_font_size_phone="34px" header_2_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_4_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_5_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_6_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_2_3_font_size_tablet="34px" header_3_3_font_size_tablet="34px" header_4_3_font_size_tablet="34px" header_5_3_font_size_tablet="34px" header_6_3_font_size_tablet="34px" header_2_3_font_size_phone="28px" header_3_3_font_size_phone="28px" header_4_3_font_size_phone="28px" header_5_3_font_size_phone="28px" header_6_3_font_size_phone="28px" header_2_3_font_size_last_edited="on|phone" header_3_3_font_size_last_edited="on|phone" header_4_3_font_size_last_edited="on|phone" header_5_3_font_size_last_edited="on|phone" header_6_3_font_size_last_edited="on|phone" header_2_4_font_size_tablet="22px" header_3_4_font_size_tablet="22px" header_4_4_font_size_tablet="22px" header_5_4_font_size_tablet="22px" header_6_4_font_size_tablet="22px" header_2_4_font_size_phone="18px" header_3_4_font_size_phone="18px" header_4_4_font_size_phone="18px" header_5_4_font_size_phone="18px" header_6_4_font_size_phone="18px" header_2_4_font_size_last_edited="on|phone" header_3_4_font_size_last_edited="on|phone" header_4_4_font_size_last_edited="on|phone" header_5_4_font_size_last_edited="on|phone" header_6_4_font_size_last_edited="on|phone" header_2_5_font_size_phone="16px" header_3_5_font_size_phone="16px" header_4_5_font_size_phone="16px" header_5_5_font_size_phone="16px" header_6_5_font_size_phone="16px" header_2_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_4_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_5_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_6_5_font_size_last_edited="on|tablet"]
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
Marcelle Jennis

"Mais tout n'est pas que magie et il faut être prêt.e à surmonter plusieurs obstacles".

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row column_structure="1_2,1_2" _builder_version="4.16" locked="off" global_colors_info="{}"][et_pb_column type="1_2" _builder_version="4.16" global_colors_info="{}"][et_pb_text _builder_version="4.16" text_font_size="16px" text_line_height="2em" header_4_font="Bellefair||||||||" header_4_text_color="#000000" header_4_font_size="30px" header_4_line_height="1.4em" text_orientation="justified" custom_padding="||0px|||" text_font_size_tablet="15px" text_font_size_phone="14px" text_font_size_last_edited="on|phone" header_4_font_size_tablet="" header_4_font_size_phone="24px" header_4_font_size_last_edited="on|phone" text_text_align="justify" locked="off" inline_fonts="Alice" global_colors_info="{}" header_2_2_font_size_tablet="42px" header_3_2_font_size_tablet="42px" header_4_2_font_size_tablet="42px" header_5_2_font_size_tablet="42px" header_6_2_font_size_tablet="42px" header_2_2_font_size_phone="34px" header_3_2_font_size_phone="34px" header_4_2_font_size_phone="34px" header_5_2_font_size_phone="34px" header_6_2_font_size_phone="34px" header_2_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_4_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_5_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_6_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_2_3_font_size_tablet="34px" header_3_3_font_size_tablet="34px" header_4_3_font_size_tablet="34px" header_5_3_font_size_tablet="34px" header_6_3_font_size_tablet="34px" header_2_3_font_size_phone="28px" header_3_3_font_size_phone="28px" header_4_3_font_size_phone="28px" header_5_3_font_size_phone="28px" header_6_3_font_size_phone="28px" header_2_3_font_size_last_edited="on|phone" header_3_3_font_size_last_edited="on|phone" header_4_3_font_size_last_edited="on|phone" header_5_3_font_size_last_edited="on|phone" header_6_3_font_size_last_edited="on|phone" header_2_4_font_size_tablet="22px" header_3_4_font_size_tablet="22px" header_4_4_font_size_tablet="22px" header_5_4_font_size_tablet="22px" header_6_4_font_size_tablet="22px" header_2_4_font_size_phone="18px" header_3_4_font_size_phone="18px" header_4_4_font_size_phone="18px" header_5_4_font_size_phone="18px" header_6_4_font_size_phone="18px" header_2_4_font_size_last_edited="on|phone" header_3_4_font_size_last_edited="on|phone" header_4_4_font_size_last_edited="on|phone" header_5_4_font_size_last_edited="on|phone" header_6_4_font_size_last_edited="on|phone" header_2_5_font_size_phone="16px" header_3_5_font_size_phone="16px" header_4_5_font_size_phone="16px" header_5_5_font_size_phone="16px" header_6_5_font_size_phone="16px" header_2_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_4_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_5_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_6_5_font_size_last_edited="on|tablet"]

Mais tout n'est pas que magie et il faut être prêt à surmonter plusieurs obstacles pour pratiquer le métier de pêcheur.se, particulièrement lorsqu'on est une femme et qu'on est l'une des premières à avoir voulu faire - et à avoir fait - sa place sur le Saint-Laurent. 

« Il y a eu beaucoup de fois où si je ne m’étais pas affirmée, si je n’avais pas pris position, je me serais fait manger la laine sur le dos”, se souvient-elle. “Au début, je n’avais pas de crédibilité. Pour les hommes, les femmes n’avaient pas le cerveau pour la mer. Mais, il faut tenir bon. » 

Et pour tenir bon, elle a tenu bon. Plus personne ne remettrait aujourd’hui en question la place de pionnière de la pêche au féminin sur le Saint-Laurent. Malgré tout, le métier continue de présenter ses défis. Au fil des années, la réglementation est devenue plus stricte. Les protocoles plus nombreux. La paperasse plus lourde. Un mal pour un bien, selon la pêcheuse : « Il faut déclarer plein de choses, comme déclarer les engins perdus en mer. Parce que, ce n’est pas une poubelle le Saint-Laurent! Je suis tombée sur plein de cages à bourgots l’autre jour, quand j’ai levé ma cage à homard, bien je les ai tous ramenés au quai. Elles étaient tellement rouillées, elles étaient dans le fond depuis 25-30 ans. J’ai enlevé une poubelle du Saint-Laurent. » 

On comprend davantage son attachement à son environnement lorsqu’on connaît un peu plus son histoire. En Basse-Côte-Nord, Marcelle et sa famille ont toujours mangé ce que la terre et la mer avaient à leur offrir au gré des saisons. Personne ne les approvisionnait en hiver, alors ils faisaient des provisions l’été et l’automne, en cannant les aliments. Quand on dépend autant de son environnement, on apprend à le chérir et à le respecter selon elle.

[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type="1_2" _builder_version="4.16" global_colors_info="{}"][et_pb_text _builder_version="4.16" text_font_size="16px" text_line_height="2em" text_orientation="justified" custom_padding="||0px|||" text_text_align="justify" locked="off" global_colors_info="{}" header_2_2_font_size_tablet="42px" header_3_2_font_size_tablet="42px" header_4_2_font_size_tablet="42px" header_5_2_font_size_tablet="42px" header_6_2_font_size_tablet="42px" header_2_2_font_size_phone="34px" header_3_2_font_size_phone="34px" header_4_2_font_size_phone="34px" header_5_2_font_size_phone="34px" header_6_2_font_size_phone="34px" header_2_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_4_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_5_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_6_2_font_size_last_edited="on|tablet" header_2_3_font_size_tablet="34px" header_3_3_font_size_tablet="34px" header_4_3_font_size_tablet="34px" header_5_3_font_size_tablet="34px" header_6_3_font_size_tablet="34px" header_2_3_font_size_phone="28px" header_3_3_font_size_phone="28px" header_4_3_font_size_phone="28px" header_5_3_font_size_phone="28px" header_6_3_font_size_phone="28px" header_2_3_font_size_last_edited="on|phone" header_3_3_font_size_last_edited="on|phone" header_4_3_font_size_last_edited="on|phone" header_5_3_font_size_last_edited="on|phone" header_6_3_font_size_last_edited="on|phone" header_2_4_font_size_tablet="22px" header_3_4_font_size_tablet="22px" header_4_4_font_size_tablet="22px" header_5_4_font_size_tablet="22px" header_6_4_font_size_tablet="22px" header_2_4_font_size_phone="18px" header_3_4_font_size_phone="18px" header_4_4_font_size_phone="18px" header_5_4_font_size_phone="18px" header_6_4_font_size_phone="18px" header_2_4_font_size_last_edited="on|phone" header_3_4_font_size_last_edited="on|phone" header_4_4_font_size_last_edited="on|phone" header_5_4_font_size_last_edited="on|phone" header_6_4_font_size_last_edited="on|phone" header_2_5_font_size_phone="16px" header_3_5_font_size_phone="16px" header_4_5_font_size_phone="16px" header_5_5_font_size_phone="16px" header_6_5_font_size_phone="16px" header_2_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_3_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_4_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_5_5_font_size_last_edited="on|tablet" header_6_5_font_size_last_edited="on|tablet"]

C’est d’ailleurs pourquoi elle souhaite voir de plus en plus de Québécois.es manger les espèces du Saint-Laurent et les produits du Québec en général : « J’aimerais qu’on mange plus notre Saint-Laurent au Québec. Les produits du Québec. […] La nature fait bien les choses. Tout est interrelié. Tout, tout, tout. Quand tu vis de la mer, tu t’en aperçois plus on dirait. »

 

Marcelle aura transmis sa passion à son fils, aujourd’hui âgé de 24 ans, qui pêche le homard à Cap-Chat. « Il nous clenche tous! » s’exclame-t-elle en riant. Dans les prochaines années, elle souhaite voir le métier de pêcheur devenir plus accessible : « Ce n’est pas facile rentrer sur le marché aujourd’hui, ça coûte terriblement cher. Je trouve ça dommage. Il va falloir qu’il y ait des tables rondes pour trouver une solution. »

Mais quand on lui demande si elle choisirait à nouveau le même métier aujourd’hui, Marcelle est sans appel : « Bien sûr! Je ne changerais rien. »

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section fb_built="1" admin_label="Footer" _builder_version="4.16" custom_padding="||||false|false" saved_tabs="all" locked="off" global_colors_info="{}"][/et_pb_section]" ["post_title"]=> string(52) "Marcelle Jennis, pionnière de la pêche au féminin" ["post_excerpt"]=> string(117) "“Au début, je n’avais pas de crédibilité. Pour les hommes, les femmes n’avaient pas le cerveau pour la mer."" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(4) "open" ["ping_status"]=> string(4) "open" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(48) "marcelle-jennis-pionniere-de-la-peche-au-feminin" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2022-10-04 18:25:53" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2022-10-04 18:25:53" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(44) "https://www.mangetonsaintlaurent.com/?p=7772" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" } ["comment_count"]=> int(0) ["current_comment"]=> int(-1) ["found_posts"]=> int(24) ["max_num_pages"]=> float(6) ["max_num_comment_pages"]=> int(0) ["is_single"]=> bool(false) ["is_preview"]=> bool(false) ["is_page"]=> bool(false) ["is_archive"]=> bool(true) ["is_date"]=> bool(false) ["is_year"]=> bool(false) ["is_month"]=> bool(false) ["is_day"]=> bool(false) ["is_time"]=> bool(false) ["is_author"]=> bool(false) ["is_category"]=> bool(true) ["is_tag"]=> bool(false) ["is_tax"]=> bool(false) ["is_search"]=> bool(false) ["is_feed"]=> bool(false) ["is_comment_feed"]=> bool(false) ["is_trackback"]=> bool(false) ["is_home"]=> bool(false) ["is_privacy_policy"]=> bool(false) ["is_404"]=> bool(false) ["is_embed"]=> bool(false) ["is_paged"]=> bool(false) ["is_admin"]=> bool(false) ["is_attachment"]=> bool(false) ["is_singular"]=> bool(false) ["is_robots"]=> bool(false) ["is_favicon"]=> bool(false) ["is_posts_page"]=> bool(false) ["is_post_type_archive"]=> bool(false) ["query_vars_hash":"WP_Query":private]=> string(32) "d8300bd1ac98407591e7aa639a8d7be8" ["query_vars_changed":"WP_Query":private]=> bool(false) ["thumbnails_cached"]=> bool(false) ["stopwords":"WP_Query":private]=> NULL ["compat_fields":"WP_Query":private]=> array(2) { [0]=> string(15) "query_vars_hash" [1]=> string(18) "query_vars_changed" } ["compat_methods":"WP_Query":private]=> array(2) { [0]=> string(16) "init_query_flags" [1]=> string(15) "parse_tax_query" } }
Article

Marcelle Jennis, pionnière de la pêche au féminin

“Au début, je n’avais pas de crédibilité. Pour les hommes, les femmes n’avaient pas le cerveau pour la mer."
Lire la suite
Marcelle Jennis, pionnière de la pêche au féminin
Lire la suite
ArticleAutonomie alimentaireÉconomieInnovation

Le Salon Fourchette bleue – poissons et fruits de mer : un événement fondateur ​

Les 22 et 23 février 2022 se tenait le Salon Fourchette bleue – poissons et fruits de mer. Organisé par Exploramer, une institution muséale à vocation scientifique et pédagogique localisée dans l’Est-du-Québec, cet événement a ouvert un nouveau chapitre dans l’histoire des pêches au Québec.
Lire la suite
Le Salon Fourchette bleue – poissons et fruits de mer : un événement fondateur ​
Lire la suite
ArticleCueilletteÉconomieEntreprenariatInnovationPêcheriesSaint-Laurent

Sandra Autef, rigueur et passion en cannes

Aujourd’hui, Chasse-Marée parie sur des saveurs du Saint-Laurent, à partir de deux mollusques : le bourgot et la mactre de Stimpson. L’entreprise proposera des aliments prêts à manger, festifs, capables de patienter dans les garde-manger en dehors des saisons de capture.
Lire la suite
Sandra Autef, rigueur et passion en cannes
Lire la suite
AquacultureArticleAutonomie alimentairePêcheries

Aquaculture : Où en est le Québec ?

Le Québec n’est responsable que de 1% de la production aquacole du Canada. Comment expliquer cette position ? Nous sommes partis chercher des réponses.
Lire la suite
Aquaculture : Où en est le Québec ?
Lire la suite

Les recherches du collectif

object(WP_Query)#13376 (51) {
  ["query"]=>
  array(7) {
    ["post_type"]=>
    string(4) "post"
    ["post_status"]=>
    string(7) "publish"
    ["posts_per_page"]=>
    int(3)
    ["paged"]=>
    int(1)
    ["orderby"]=>
    string(12) "publish_date"
    ["order"]=>
    string(4) "DESC"
    ["tax_query"]=>
    array(2) {
      ["relation"]=>
      string(2) "OR"
      [0]=>
      array(4) {
        ["taxonomy"]=>
        string(8) "category"
        ["field"]=>
        string(4) "slug"
        ["terms"]=>
        array(1) {
          [0]=>
          string(9) "recherche"
        }
        ["operator"]=>
        string(2) "IN"
      }
    }
  }
  ["query_vars"]=>
  array(66) {
    ["post_type"]=>
    string(4) "post"
    ["post_status"]=>
    string(7) "publish"
    ["posts_per_page"]=>
    int(3)
    ["paged"]=>
    int(1)
    ["orderby"]=>
    string(12) "publish_date"
    ["order"]=>
    string(4) "DESC"
    ["tax_query"]=>
    array(2) {
      ["relation"]=>
      string(2) "OR"
      [0]=>
      array(4) {
        ["taxonomy"]=>
        string(8) "category"
        ["field"]=>
        string(4) "slug"
        ["terms"]=>
        array(1) {
          [0]=>
          string(9) "recherche"
        }
        ["operator"]=>
        string(2) "IN"
      }
    }
    ["error"]=>
    string(0) ""
    ["m"]=>
    string(0) ""
    ["p"]=>
    int(0)
    ["post_parent"]=>
    string(0) ""
    ["subpost"]=>
    string(0) ""
    ["subpost_id"]=>
    string(0) ""
    ["attachment"]=>
    string(0) ""
    ["attachment_id"]=>
    int(0)
    ["name"]=>
    string(0) ""
    ["pagename"]=>
    string(0) ""
    ["page_id"]=>
    int(0)
    ["second"]=>
    string(0) ""
    ["minute"]=>
    string(0) ""
    ["hour"]=>
    string(0) ""
    ["day"]=>
    int(0)
    ["monthnum"]=>
    int(0)
    ["year"]=>
    int(0)
    ["w"]=>
    int(0)
    ["category_name"]=>
    string(9) "recherche"
    ["tag"]=>
    string(0) ""
    ["cat"]=>
    int(84)
    ["tag_id"]=>
    string(0) ""
    ["author"]=>
    string(0) ""
    ["author_name"]=>
    string(0) ""
    ["feed"]=>
    string(0) ""
    ["tb"]=>
    string(0) ""
    ["meta_key"]=>
    string(0) ""
    ["meta_value"]=>
    string(0) ""
    ["preview"]=>
    string(0) ""
    ["s"]=>
    string(0) ""
    ["sentence"]=>
    string(0) ""
    ["title"]=>
    string(0) ""
    ["fields"]=>
    string(0) ""
    ["menu_order"]=>
    string(0) ""
    ["embed"]=>
    string(0) ""
    ["category__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["category__not_in"]=>
    array(0) {
    }
    ["category__and"]=>
    array(0) {
    }
    ["post__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["post__not_in"]=>
    array(0) {
    }
    ["post_name__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["tag__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["tag__not_in"]=>
    array(0) {
    }
    ["tag__and"]=>
    array(0) {
    }
    ["tag_slug__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["tag_slug__and"]=>
    array(0) {
    }
    ["post_parent__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["post_parent__not_in"]=>
    array(0) {
    }
    ["author__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["author__not_in"]=>
    array(0) {
    }
    ["ignore_sticky_posts"]=>
    bool(false)
    ["suppress_filters"]=>
    bool(false)
    ["cache_results"]=>
    bool(true)
    ["update_post_term_cache"]=>
    bool(true)
    ["lazy_load_term_meta"]=>
    bool(true)
    ["update_post_meta_cache"]=>
    bool(true)
    ["nopaging"]=>
    bool(false)
    ["comments_per_page"]=>
    string(2) "50"
    ["no_found_rows"]=>
    bool(false)
  }
  ["tax_query"]=>
  object(WP_Tax_Query)#13387 (6) {
    ["queries"]=>
    array(2) {
      ["relation"]=>
      string(2) "OR"
      [0]=>
      array(5) {
        ["taxonomy"]=>
        string(8) "category"
        ["terms"]=>
        array(1) {
          [0]=>
          string(9) "recherche"
        }
        ["field"]=>
        string(4) "slug"
        ["operator"]=>
        string(2) "IN"
        ["include_children"]=>
        bool(true)
      }
    }
    ["relation"]=>
    string(2) "OR"
    ["table_aliases":protected]=>
    array(1) {
      [0]=>
      string(21) "wp_term_relationships"
    }
    ["queried_terms"]=>
    array(1) {
      ["category"]=>
      array(2) {
        ["terms"]=>
        array(1) {
          [0]=>
          string(9) "recherche"
        }
        ["field"]=>
        string(4) "slug"
      }
    }
    ["primary_table"]=>
    string(8) "wp_posts"
    ["primary_id_column"]=>
    string(2) "ID"
  }
  ["meta_query"]=>
  object(WP_Meta_Query)#13326 (9) {
    ["queries"]=>
    array(0) {
    }
    ["relation"]=>
    NULL
    ["meta_table"]=>
    NULL
    ["meta_id_column"]=>
    NULL
    ["primary_table"]=>
    NULL
    ["primary_id_column"]=>
    NULL
    ["table_aliases":protected]=>
    array(0) {
    }
    ["clauses":protected]=>
    array(0) {
    }
    ["has_or_relation":protected]=>
    bool(false)
  }
  ["date_query"]=>
  bool(false)
  ["request"]=>
  string(398) "
					SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID
					FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)
					WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (84,86,89,115,137,152)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish'))
					GROUP BY wp_posts.ID
					ORDER BY wp_posts.post_date DESC
					LIMIT 0, 3
				"
  ["posts"]=>
  array(3) {
    [0]=>
    object(WP_Post)#13195 (24) {
      ["ID"]=>
      int(2077)
      ["post_author"]=>
      string(1) "7"
      ["post_date"]=>
      string(19) "2022-06-02 18:18:50"
      ["post_date_gmt"]=>
      string(19) "2022-06-02 18:18:50"
      ["post_content"]=>
      string(5964) "[et_pb_section fb_built="1" _builder_version="4.18.0" custom_margin="-35px|||||" custom_padding="10px||||false|false" global_colors_info="{}"][et_pb_row _builder_version="4.18.0" background_size="initial" background_position="top_left" background_repeat="repeat" min_height="1650.4px" global_colors_info="{}"][et_pb_column type="4_4" _builder_version="4.18.0" custom_padding="0px||||false|false" global_colors_info="{}" custom_padding__hover="|||"][et_pb_text _builder_version="4.18.0" background_size="initial" background_position="top_left" background_repeat="repeat" min_height="1485.8px" hover_enabled="0" global_colors_info="{}" sticky_enabled="0"]

Par Gabriel Bourgault-Faucher et François L’Italien

Avril 2022

Contexte

Le présent rapport de recherche s’inscrit au sein d’une démarche plus générale menée en partenariat avec le collectif Manger notre Saint-Laurent et ayant pour objectifs de « mettre en valeur » les ressources alimentaires comestibles (animales et végétales) de l’ensemble du Saint-Laurent (fleuve, estuaire, golfe), de promouvoir le plaisir de manger ces aliments locaux et de promouvoir la souveraineté alimentaire » (RQM, 2020). Une première phase de cette démarche, portée par Manger notre Saint-Laurent en 2018-2019, consistait à documenter les enjeux prioritaires auxquels sont confrontés les acteurs de la filière halieutique du Québec maritime. Le second volet, auquel l’IRÉC participe actuellement, vise à développer des interventions qui permettront de valoriser les ressources du Saint-Laurent. Cette démarche se base sur une analyse de l’économie des pêches au Québec adressant plus spécifiquement les enjeux entourant la commercialisation des produits marins québécois sur le marché domestique.

Faits saillants

  • Depuis quelques années, le prix du crabe des neiges (Chionoecetes opilio) atteint des sommets inégalés. Entre 2010 (3,97 $/kg) et 2021 (16,30 $/kg), le prix au débarquement a plus que quadruplé, suivant un taux de croissance annuel moyen de 14 %. L’année 2022 établira vraisemblablement un nouveau record ;
  • Comprendre cette hausse vertigineuse du prix du crabe des neiges au cours des dernières années nous renvoie à l’analyse des principaux déterminants de l’offre et de la demande à l’échelle mondiale, puisque c’est dans ce cadre que s’inscrit l’industrie du crabe des neiges au Québec ;
  • Du côté de l’offre globale, les débarquements de crabe du genre Chionoecetes ont culminé en 2015 et depuis les volumes diminuent d’année en année. En ce qui concerne la demande globale, les données quantitatives font défaut, mais tout indique qu’elle est forte et stable, voire croissante ;
  • L’industrie du crabe des neiges au Québec maritime traverse actuellement une période faste, où à la fois pêcheurs et transformateurs engrangent des revenus imposants d’une année à l’autre. Si cela constitue, sur le court terme, une bonne nouvelle pour ces acteurs, nous devons prendre le recul nécessaire devant cette conjoncture pour soulever les enjeux économiques de long terme qui y sont associés ;
  • Le premier enjeu est celui de la place du crabe des neiges dans l’alimentation et l’économie du Québec. Depuis plusieurs décennies, cette ressource est massivement extraite, emballée puis exportée vers les marchés mondiaux, ce qui engendre un important découplage avec les communautés côtières, ne génère pas toutes les retombées souhaitées et contribue faiblement à l’autonomie alimentaire ;
  • Le second enjeu est celui de la viabilité économique, à terme, d’un modèle qui est largement dépendant des aléas des marchés mondiaux. Si l’industrie du crabe des neiges bénéficie actuellement des hauts que connaissent ces marchés, elle est aussi sujette à ses bas ;
  • Enfin, et corollairement au second enjeu, le troisième concerne la viabilité écologique du modèle. Nous sommes prévenus : les changements climatiques amènent et vont amener des transformations et des défis inédits aux pêcheries ;

En conclusion, nous avançons deux propositions pour affronter les enjeux soulevés. Ces propositions sont davantage des voies à explorer que des mesures éprouvées et détaillées:

 

  1. La première proposition concerne la création d’un dispositif de stabilisation partielle des prix. Il s’agirait d’adopter un mécanisme de détermination du prix du crabe des neiges qui serait en vigueur sur le marché québécois, et qui serait fondé sur les coûts de production ;
  2. La seconde proposition consiste en une voie à privilégier pour préparer maintenant l’avenir des pêches. Le Québec gagnerait à mettre sur pied un fonds de diversification des pêches destiné à doter le secteur du coussin financier suffisant pour faire face aux aléas économiques et écologiques qui surviendront ;

Dans tous les cas, une nouvelle recette, autre que le fish and ship, s’impose. Une recette qui consiste à « Garde-Manger notre St-Laurent », c’est-à-dire consommer localement les ressources comestibles du Saint-Laurent tout en en prenant le plus grand soin.

Lisez la note de recherche complète ici:

[/et_pb_text][et_pb_button button_url="https://www.mangetonsaintlaurent.com/wp-content/uploads/2022/09/Le-prix-du-crabe-des-neiges.-Comprendre-les-mecanismes-et-les-enjeux-economiques_isbn_vf.pdf" url_new_window="on" button_text="Télécharger le PDF" _builder_version="4.18.0" _module_preset="default" global_colors_info="{}"][/et_pb_button][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]" ["post_title"]=> string(82) "Le prix du crabe des neiges: comprendre les mécanismes et les enjeux économiques" ["post_excerpt"]=> string(378) "Dans le contexte où la pêche aux crabes des neiges s'est ouverte cette année en atteignant des prix records, l'IREC a publié une recherche réalisée en partenariat avec notre collectif. Cette étude explique non seulement la hausse des prix du crabe des neiges, mais apporte également des pistes de solutions pour un modèle économique plus juste et viable pour l'avenir." ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(4) "open" ["ping_status"]=> string(4) "open" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(17) "un-nouveau-projet" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2022-10-04 18:22:06" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2022-10-04 18:22:06" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(44) "https://www.mangetonsaintlaurent.com/?p=2077" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" } [1]=> object(WP_Post)#13385 (24) { ["ID"]=> int(2214) ["post_author"]=> string(2) "10" ["post_date"]=> string(19) "2021-12-13 12:41:56" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2021-12-13 16:41:56" ["post_content"]=> string(17341) "

Par Gabriel Bourgault-Faucher, Institut de recherche en économie contemporaine (IRÉC)

Après avoir présenté la formule des pêches et de l’aquaculture soutenues par la communauté (PASC), ainsi que les retombées qu’elles génèrent 1 , nous abordons ici les conditions de son implantation au Québec. Car jusqu’à présent, rappelons qu’aucun projet structuré de PASC n’a vu le jour sur le territoire, bien que certaines initiatives s’en rapprochent, telles que Chasse-Marée et éventuellement le panier « prises du jour » d’Exploramer 2 . Cette troisième et dernière fiche sur les PASC propose donc une réflexion sur la mise en place du modèle, particulièrement dans les communautés côtières québécoises.

Les facteurs structurels à considérer

Pour que les PASC soient organisées selon une formule analogue à celle que nous retrouvons en agriculture – à savoir la formule ASC – des adaptations seront néanmoins nécessaires afin de tenir compte des spécificités du monde des pêches et des communautés où elles se mènent. Au moins trois grands ordres de facteurs structurels doivent être pris en compte.

Le cadre institutionnel

En premier lieu il faut considérer le cadre législatif et réglementaire propre au secteur des pêches et de l’aquaculture commerciales, à commencer par la Loi sur la transformation des produits marins qui encadre les transactions des poissons et fruits de mer. En gros, un pêcheur peut vendre ses captures directement à des particuliers. Toutefois, si une tierce partie prend part à la transaction, un permis d’acquéreur est nécessaire. Si cette tierce partie est un transformateur, celui-ci doit de plus respecter le Règlement sur les normes minimales de transformation des produits marins, l’obligeant à opérer quelques transformations minimales avant de pouvoir commercialiser certaines espèces. Il doit aussi souscrire aux normes de production, entre autres en matière d’hygiène et salubrité, consignées dans la Loi sur les produits alimentaires et le Règlement sur les aliments. La mise en place d’une PASC doit également se conformer aux exigences des plans conjoints, le cas échéant.

En outre, pêcheurs et aquaculteurs doivent aussi respecter les lois et règlements de leurs secteurs respectifs. Pour les pêches maritimes, il s’agit de la Loi sur les pêches et des plans de gestion intégrée propres à chaque espèce, qui encadrent notamment les types d’engins autorisés, les périodes de pêche (saisons), l’émission des permis et la distribution des quotas. Il en va de même des pêches en eau douce et de l’aquaculture, dont les pratiques sont régies par la Loi sur les pêcheries commerciales et la récolte commerciale de végétaux aquatiques et la Loi sur l'aquaculture commerciale. Dans l’ensemble, il faut rappeler que ce cadre législatif (surtout pour les pêches maritimes) est conçu d’abord et avant tout pour une industrie produisant des commodités destinées à l’exportation ; il est certes mal adapté pour une production artisanale commercialisée localement et en circuit court 3. Au même titre que ce que nous pouvons observer aujourd’hui en agriculture, des ajustements devront forcément être réalisés pour accommoder deux modèles aux logiques foncièrement différentes.

L’éloignement des grands centres

En deuxième lieu, se pose aussi la question de la faible densité démographique des communautés côtières du Québec maritime et de leur éloignement des grands centres urbains. En ce qui a trait à la densité de la population, et donc à la capacité de rejoindre un bassin suffisant de consommateurs, il s’agit d’adopter une échelle appropriée. L’approvisionnement doit être planifié en fonction du nombre d’adhérents à la formule des PASC, de manière à diminuer le risque commercial. Plusieurs PASC sont de petite taille (moins de cinquante adhérents) tout en étant viables. Du reste, inclure des restaurateurs, des services institutionnels (hôpitaux, écoles, garderies, etc.) et des poissonneries doit aussi être considéré pour élargir le spectre des activités et rejoindre une clientèle plus large que les seuls particuliers. Pour ce qui est de la distance, il est tout à fait possible de transporter les produits sur quelques milliers de kilomètres, moyennant l’existence d’une infrastructure de transport efficace. Comme nous l’avons vu, certaines PASC effectuent des livraisons à plus de 4000 km 4, alors que le Québec n’excède pas les 2000 km dans toute sa largeur 5. Il devient dès lors possible d’envisager des PASC à plusieurs échelles, locale, régionale et nationale. Ici aussi, le défi de la viabilité économique des activités se pose avec acuité, mais il n’est certainement pas insurmontable.

L’insertion dans le secteur

Enfin, il faut tenir compte de la diversité des acteurs du secteur des pêches et de l’aquaculture commerciales déjà présents sur le territoire, tant au Québec maritime que dans le reste du Québec. Pêcheurs et aquaculteurs d’eau douce et d’eau salée, transformateurs de poissons et fruits de mer et poissonneries peuvent ainsi mettre l’épaule à la roue dans le développement des PASC. Bien que les PASC reposent en bonne partie sur le raccourcissement des chaînes d’approvisionnement, les intermédiaires (par exemple les transformateurs et les poissonneries) ne sont pas exclus. Au contraire, leur participation peut s’avérer souhaitable pour offrir autre chose que du poisson rond (c’est-à-dire entier) dans les colis, remonter la chaîne de valeur et effectuer des opérations qui permettront de conserver certains produits au-delà de leur saison de pêche. Un regroupement de pêcheurs et d’aquaculteurs de différentes communautés et disposant de différents permis est aussi souhaitable pour augmenter la diversité des produits offerts et contrer l’imprévisibilité des activités, surtout de capture.

Dans tous les cas, la constitution de PASC sous l’égide de coopératives formées d’artisans pêcheurs, d’aquaculteurs, de transformateurs, de poissonneries, de communautés, de consommateurs ou encore d’autres acteurs territoriaux semble une avenue prometteuse pour assurer la participation d’un plus grand nombre de parties prenantes et favoriser une meilleure convergence des dynamiques sectorielles et territoriales. Il s’agit aussi d’une structure permettant de regrouper différentes entreprises autour d’un projet d’affaires commun, collaboratif, où les ressources peuvent être mutualisées et où chacun récolte à hauteur de son engagement et selon ses pratiques, tout en n’ayant qu’une responsabilité limitée.

Un réseau ambitieux et structuré de PASC au Québec

On aura compris qu’il ne s’agit pas de remplacer intégralement le mode actuel de commercialisation des produits aquatiques du Québec, axé sur l’exportation, par les PASC. Faciliter l’essor de ce modèle nous apparaît néanmoins être une solution de diversification des modes de commercialisation qui peut contribuer à la consommation de produits locaux et à l’autonomie alimentaire du Québec, notamment en luttant contre les déserts alimentaires dans les régions côtières du Québec maritime. Cela permettrait de soutenir et favoriser les pêcheries artisanales et l’adoption de pratiques plus durables, en plus d’améliorer la résilience du secteur des pêches et de l’aquaculture commerciales. Les PASC peuvent ce faisant participer à élargir la base entrepreneuriale des communautés en renforçant ses assises territoriales et en provoquant une meilleure captation de la valeur dans les circuits du développement local et régional. Autant dire que le développement de PASC est un outil de premier plan pour un développement socioéconomique intégré et durable.

C’est pourquoi nous pensons que l’État québécois et des partenaires économiques et territoriaux concernés auraient tout intérêt à réunir les conditions nécessaires au démarrage et au développement d’une série d’initiatives de PASC au Québec. Pensées et exploitées en maximisant les possibilités de mutualisation et de complémentarité des opérations, ces initiatives pourraient doter le Québec maritime d’un véritable réseau privilégiant le fonctionnement en circuit court. En ajustant le cadre institutionnel actuel et en déployant des ressources d’accompagnement pour soutenir le dynamisme du milieu, une intervention de l’État, peu coûteuse mais audacieuse, pourrait assez rapidement stimuler l’émergence de petits projets de PASC. Il faudrait alors déployer un dispositif de suivi et d’évaluation pour bien cerner les facteurs favorables ou les contraintes de développement. Ainsi monitorées, les premières PASC fourniraient une rétroaction essentielle à la dissémination des initiatives et à la construction d’un réseau régional d’abord puis national. La diffusion des meilleures pratiques et la prise en compte des possibilités de mutualisation de certaines ressources financières, humaines et techniques s’en trouveraient également favorisées.

Pour appuyer la mise sur pied d’initiatives locales aussi bien que la structuration en réseau, soulignons qu’il existe un nombre considérable d’études de cas à l’international qui documentent les outils conçus et employés ces dernières années pour faciliter leur démarrage et leur essor. Même si tout reste à construire, nous ne partons pas de rien non plus. Il faut adapter et transposer au contexte québécois des solutions qui ont fait leurs preuves ailleurs. Enfin, l’élaboration d’un tel projet aidera le repérage et l’examen des ajustements requis pour adapter le cadre législatif tout en fournissant l’occasion de produire des connaissances utiles à la conception et à la gestion de programmes innovateurs.

Conclusion

Cette série de fiches a permis de faire connaître les PASC et leur potentiel pour diversifier le modèle actuel de développement des pêches et de l’aquaculture au Québec. Les PASC peuvent ouvrir des voies menant à une plus grande durabilité et une meilleure résilience du secteur par l’élargissement des activités de capture et de production aquacole, par la diminution de l’effort de pêche, par la valorisation des espèces méconnues et des prises accidentelles. De plus elles peuvent raccourcir les chaînes d’approvisionnement et offrir une transparence et une traçabilité accrues tout en réduisant la distance parcourue par les poissons et fruits de mer consommés au Québec. Elles ouvrent la porte à un recouplage de ce secteur d’activité avec le développement régional et l’habitation du territoire, en le réinsérant dans son milieu d’appartenance. Elles offrent l’occasion d’approfondir les liens entre producteurs (et autres acteurs du secteur) et consommateurs au sein des communautés, de renforcer une saine gestion des ressources halieutiques et de reterritorialiser les systèmes alimentaires en facilitant l’accès aux poissons et fruits de mer du Québec aux populations locales, régionales et nationale. Bref elles constituent un excellent moyen de reconnecter l’alimentation au territoire et aux saisons, tout en améliorant la littératie alimentaire des consommateurs.

Combinées à la volonté des consommateurs d’acheter davantage de produits aquatiques du Québec mais éprouvants des difficultés d’accès à ces mêmes produits, les PASC représentent un mode de commercialisation porteur. Il fait ses preuves en agriculture, mais demeure inédit dans le secteur des pêches et de l’aquaculture commerciales. Reste à savoir si le gouvernement du Québec et les acteurs du secteur auront l’audace de ce formidable instrument de développement !

Références

1– Pour cela, voir les deux premières fiches de cette série : [en ligne] et [en ligne].

2Chasse-Marée est une jeune entreprise de pêche de Rimouski qui annonce ses arrivages par l’entremise d’une liste de diffusion (courriel ou message texte) et vend directement ses captures à des consommateurs particuliers et des restaurants. L’absence d’un abonnement pour la saison et la livraison régulière de colis la distinguent toutefois des PASC. Pour en découvrir davantage sur cette entreprise qui se lancera également dans la mise en conserve de produits aquatiques, voir les articles d’Hélène Raymond du collectif Manger notre Saint-Laurent : [en ligne] et [en ligne]. Quant au panier « prises du jour », il s’agit d’un projet en cours d’élaboration par Exploramer et son programme Fourchette bleue. Ce projet se structure autour de l’installation d’une douzaine de verveux, un engin de pêche passif et écoresponsable (pêche à pied, donc sans bateau ni carburant), dans huit municipalités de la Haute-Gaspésie. Les captures quotidiennes de ces verveux seront commercialisées sous forme de paniers livrés dans les poissonneries certifiées Fourchette bleue. Ces paniers seront distribués d’abord localement dans quelques villes de l’Est-du-Québec, avant que la formule soit étendue à l’ensemble du Québec (Voir l’article : Fortier, D. (2018). « Ambitieux projet de pêche écoresponsable initié par Exploramer », L’Avantage Gaspésien, 6 décembre, [en ligne]).

3– Loring, P., De Sousa, E. et H. Harrison (2021). « Small scale fisheries can have a big future in Canada’s food systems », Policy Options, 2 avril, [en ligne].

4– Voir : [en ligne].

5– Cela dit, il ne faut pas sous-estimer les contraintes qu’impose une infrastructure de transport aussi inadéquate que délabrée dans la plus grande partie du territoire côtier.

6– Concernant ces études de cas et ces boîtes à outils, voir entre autres Giorgi, S., Herren, S., et G. King (2013). Community Supported Fisheries (CSFs) : Exploring the potential of CSFs through Catchbox, Brook Lyndhurst et DEFRA, [en ligne], p. 5-6 et 20-65. Les auteurs abordent la gouvernance, le financement, les partenariats, la coordination, la gestion, la communication et le rôle des pêcheurs et des consommateurs. Nous pouvons aussi souligner ces deux documents, l’un australien et l’autre états-unien, sur la mise en place d’une PASC : McPhail, J. (2020). Identifying opportunities for developing community supported fisheries in South Australia’s small scale, multi-species, multi-gear community based fisheries, FRDC, [en ligne], 47 p. ; National Sea Grant Law Center (2012). Starting and Maintaining Community Supported Fishery (CSF) Programs. A Resource Guide For Fishermen and Fishing Communities, NSGLC, [en ligne], 16 p. Enfin, des outils plus généraux sur la commercialisation en circuit court des produits aquatiques sont également nombreux. En voici deux particulièrement intéressants : van de Walle, G., Gomes da Silva, S. et M. Lesueur (2014). Commercialiser la pêche locale, FARNET, [en ligne], 52 p. ; Johnson, T. (éd.) (2018). Fishermen’s Direct Marketing Manual, 5th edition, ASG et WSG, [en ligne], 75 p.

" ["post_title"]=> string(110) "Les pêcheries et l’aquaculture soutenues par la communauté : implanter la formule au Québec (partie 3/3)" ["post_excerpt"]=> string(179) "Au Québec aucun projet structuré de pêcheries et d’aquaculture soutenues par la communauté n’existe. Pourtant, leur implantation au Québec présente un potentiel certain." ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(4) "open" ["ping_status"]=> string(4) "open" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(99) "les-pecheries-et-laquaculture-soutenues-par-la-communaute-implanter-la-formule-au-quebec-partie-3-3" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(246) "https://www.mangetonsaintlaurent.com/2021/07/01/sandra-autef-rigueur-et-passion-en-cannes/ https://www.mangetonsaintlaurent.com/2021/10/05/les-pecheries-et-laquaculture-soutenues-par-la-communaute-un-modele-aux-potentialites-multiples-partie-1-3/" ["post_modified"]=> string(19) "2022-09-27 22:44:29" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2022-09-27 22:44:29" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(44) "https://www.mangetonsaintlaurent.com/?p=2214" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" } [2]=> object(WP_Post)#13134 (24) { ["ID"]=> int(2172) ["post_author"]=> string(2) "10" ["post_date"]=> string(19) "2021-11-11 10:10:21" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2021-11-11 14:10:21" ["post_content"]=> string(27996) "[et_pb_section fb_built="1" _builder_version="4.16" global_colors_info="{}"][et_pb_row _builder_version="4.16" background_size="initial" background_position="top_left" background_repeat="repeat" global_colors_info="{}"][et_pb_column type="4_4" _builder_version="4.16" custom_padding="|||" global_colors_info="{}" custom_padding__hover="|||"][et_pb_text _builder_version="4.18.0" background_size="initial" background_position="top_left" background_repeat="repeat" hover_enabled="0" global_colors_info="{}" sticky_enabled="0"]

 Par Gabriel Bourgault-Faucher, Institut de recherche en économie contemporaine (IRÉC)

Alors que les pêcheries et l’aquaculture soutenues par la communauté (PASC) connaissent un essor fulgurant en Amérique du Nord depuis plus d’une décennie, il est frappant de constater qu’au Québec aucune initiative du genre n’ait été implantée à ce jour. Il y a pourtant là une occasion à saisir pour diversifier le modèle prévalant actuellement dans le secteur des pêches et de l’aquaculture commerciales. Dans la précédente fiche, nous avons retracé l’émergence et le développement des PASC depuis le milieu des années 2000 et abordé la diversité des formules possibles. Cette seconde fiche portera maintenant sur les retombées de cette approche qui mise sur les circuits courts, sur les principaux défis qu’elle rencontre et sur ses facteurs de succès.

Les multiples retombées des PASC

Les PASC produisent d’importantes retombées économiques, sociales et environnementales. Si ces retombées diffèrent d’une initiative à l’autre, suivant les formes organisationnelles qu’elles adoptent, les orientations qu’elles prennent et les services qu’elles mettent en place, elles présentent néanmoins des traits communs.

Retombées économiques

Sur le plan économique, les retombées se manifestent d’abord par la simplification et la transparence de la chaîne d’approvisionnement. De manière générale, les PASC favorisent une traçabilité impeccable de l’hameçon à l’assiette par le fait qu’elles recourent à des chaînes d’approvisionnement courtes – c’est-à-dire un intermédiaire au plus – et ce, même si elles transportent parfois leurs produits sur des distances considérables (1).

En deuxième lieu, les PASC tendent à accroître la résilience (2)  des chaînes d’approvisionnement et plus largement des systèmes alimentaires (3). Une étude réalisée pendant la pandémie de COVID-19 montre comment les PASC se sont rapidement réorganisées et adaptées dans un contexte hautement instable, ce qui laisse présager qu’elles pourraient faire de même vis-à-vis des changements climatiques (4). Une seconde étude montre également que les pêcheries axées sur l’exportation se sont montrées hésitantes au début de la pandémie, tandis que les réseaux alternatifs de commercialisation des poissons et fruits de mer, comme les PASC, ont pris de l’ampleur au Canada et aux États-Unis, témoignant en cela de leur plus grande résilience (5).

En troisième lieu, les PASC permettent un prix juste et un accès équitable, tant pour les pêcheurs ou les aquaculteurs que les consommateurs. Plus exactement, en s’extrayant de l’emprise des grandes chaînes d’approvisionnement et en maîtrisant eux-mêmes la commercialisation de leurs produits (6), les pêcheurs et les aquaculteurs obtiennent un meilleur prix pour leurs produits. En plus de leur offrir plus grandes prévisibilité, stabilité et sécurité financière, la formule permet aussi de rémunérer les efforts consentis pour gérer cette commercialisation atypique et pour offrir des produits de qualité supérieure, d’une fraîcheur rarement égalée. Pour les consommateurs, l’écart de prix est certes tangible puisque les coûts sociaux et environnementaux sont internalisés et que la qualité des produits est supérieure. Cet écart de prix demeure somme toute mitigé par la suppression des nombreux intermédiaires des longues chaînes d’approvisionnement. Autrement dit, le rapport qualité/prix est nettement amélioré. Les consommateurs ont également l’assurance que leur argent rémunère de manière équitable les pêcheurs et les aquaculteurs en même temps qu’il continue de circuler au sein de l’économie locale. (7)

En quatrième lieu, les PASC permettent de maîtriser la commercialisation des produits aquatiques et d’enrichir la chaîne de valeur, tout en favorisant la rétention de cette valeur. Le lien direct ou presque avec les consommateurs ainsi que le format des colis permettent aux pêcheurs et aquaculteurs de se concentrer sur la qualité plutôt que la quantité. La valorisation des produits sort ainsi d’une logique de volume. En maîtrisant ensuite la commercialisation, la valeur reste entre les mains des pêcheurs et des aquaculteurs, et non entre celles des intermédiaires de marché.

Retombées sociales

En ce qui concerne les retombées sociales, mentionnons dans un premier temps l’accès à une nourriture saine, de qualité, en phase avec les spécificités territoriales et saisonnières. Les PASC favorisent la diversification des captures (nous y reviendrons), ce qui en retour contribue à diversifier la consommation de poissons et fruits de mer. Les consommateurs voient ainsi s’améliorer leur accès à des produits aquatiques durables, locaux et diversifiés. Cela permet de diminuer la consommation de produits aquatiques bas de gamme et d’espèces faisant souvent l’objet de pratiques douteuses, parfois destructrices des écosystèmes, comme la surpêche ou les élevages intensifs, et difficilement documentables pour chaque achat. Les PASC sont de la sorte susceptibles de changer les comportements d’achat, tout en contribuant à garantir la sécurité alimentaire (8).

En corollaire, les PASC ont des retombées positives en matière d’éducation civique, notamment en ce qui a trait aux enjeux socioéconomiques et environnementaux liés à la pêche et à l’aquaculture. Les chaînes courtes et transparentes des PASC permettent de sensibiliser et de fournir des informations supplémentaires aux consommateurs, voire d’être en contact direct avec les pêcheurs et les aquaculteurs, et offrent du même coup la possibilité de mieux connaître cet univers (biologie et habitat des espèces pêchées et localement abondantes, l’état des ressources, les techniques de pêche et d’élevage, le métier de pêcheur ou d’aquaculteur, etc.). C’est aussi l’occasion d’apprendre à cuisiner ces espèces parfois méconnues (partage de trucs et d’astuces, de recettes, d’infolettres, réalisation d’ateliers et de démonstrations, etc.), d’enrichir ses connaissances et ses compétences, et de cultiver de nouvelles préférences et de nouveaux goûts alimentaires (9).

En somme, les PASC densifient les liens entre l’économie et les milieux. Elles tendent à améliorer le dialogue entre les pêcheurs ou les aquaculteurs et les consommateurs, favorisant une meilleure compréhension mutuelle. Plus encore, le modèle est reconnu pour être valorisant, sur le plan personnel, à la fois pour les pêcheurs ou les aquaculteurs (valorisation de leur métier par la reconnaissance des consommateurs) et les consommateurs (sentiment de contribuer directement à l’économie locale et à la protection de l’environnement). À plus long terme, les PASC sont susceptibles de mener à un engagement communautaire accru dans la gestion des pêcheries et de l’aquaculture à l’échelle locale. La responsabilisation et l’implication des parties prenantes dans un tel modèle sont généralement grandes et augmentent la sensibilité aux enjeux socioéconomiques et environnementaux des pêches et de l’aquaculture commerciales. Enfin, en maintenant des pêches et une aquaculture de proximité, les PASC présentent un intérêt certain en matière d’habitation du territoire (10).

Retombées environnementales

Du côté des retombées environnementales, notons premièrement l’utilisation de techniques de pêche plus durables. En effet, les PASC encouragent le recours à des engins de pêche à faible impact sur l’environnement, tels les engins passifs, qui sont beaucoup plus sélectifs, nécessitent moins d’énergie fossile pour fonctionner, produisent moins de bruits sous-marins et détruisent moins les fonds marins (11) .

Deuxièmement, les PASC permettent de diminuer l’effort de pêche. En se focalisant sur la qualité des prises et non plus sur la quantité, ainsi qu’en travaillant à diversifier les captures, l’effort de pêche sur les principales espèces à haute valeur commerciale s’en trouve réduit. Les PASC créent un marché pour des espèces abondantes mais trop souvent boudées ou ignorées par les consommateurs, tout en créant une demande locale pour des produits autrement exportés. Par la même occasion, les PASC favorisent la valorisation des prises accidentelles. Ici, les poissons et fruits de mer qui ne sont pas en premier lieu visés par la pêche en question trouvent une place de choix dans les colis livrés aux consommateurs. En fait, les PASC permettent littéralement d’en finir avec les prises accidentelles, puisque toutes les prises deviennent commercialisables et le sont effectivement. En même temps, ces prises permettent de diminuer l’effort de pêche sur les principales espèces (12).

Enfin, les PASC tendent à réduire radicalement le nombre de kilomètres parcourus par les poissons et fruits de mer avant que ceux-ci ne parviennent aux consommateurs. Une étude réalisée en 2014 sur quinze PASC montre que les produits aquatiques qu’elles commercialisent parcourent une distance moyenne de 65 km, contre 8812 km en moyenne pour les produits aquatiques industriels consommés aux États-Unis (13). L’écart est gigantesque.

Crédit photo : Raymer Aquaculture, 2021

Défis et facteurs de succès des PASC (14)

Même si les PASC apportent de nombreuses solutions aux enjeux soulevés par les pêches et l’aquaculture commerciales conventionnelles, il ne faut pas se leurrer, elles sont aussi confrontées à plusieurs défis pour s’implanter durablement.

Du côté de l’offre

Du côté de l’offre, en plus de devoir affronter la concurrence de sociétés et conglomérats multinationaux sur les marchés locaux de poissons et fruits de mer, les PASC font face à des défis de coûts élevés au démarrage ainsi que des défis pratiques d’internalisation des activités de commercialisation (par exemple la logistique du transport et de l’entreposage, la communication et le service à la clientèle), activités généralement externalisées à un ou plusieurs intermédiaires (15).

Un deuxième défi est de convaincre pêcheurs et aquaculteurs de se joindre au projet et de s’y investir suffisamment pour qu’il démarre sur des bases solides. Ce défi se présente surtout lorsque ce sont des consommateurs ou une tierce partie qui sont à l’origine de la PASC. Quoi qu’il en soit, convaincre des pêcheurs ou des aquaculteurs de modifier leurs pratiques en matière de commercialisation, de tisser de nouvelles relations d’affaires, de détourner une partie de leurs produits (au détriment parfois de gros acheteurs), présente son lot d’incertitude et de risque

Un autre défi consiste à travailler à l’intérieur du cadre législatif en vigueur. Généralement, le secteur est régi par des lois et règlements conçus pour une pêche et une aquaculture axée sur les volumes et une transformation industrielle de commodités destinées à l’exportation, et non pour une production artisanale commercialisée localement en circuit court (16). Ce défi peut d’ailleurs s’en trouver complexifié lorsque les produits sont amenés à traverser plusieurs frontières, plusieurs législations.

Un quatrième défi provient de l’imprévisibilité de l’approvisionnement. Ce défi renvoie au partage des risques entre les pêcheurs et les consommateurs (17). La pêche étant une activité déterminée en bonne partie par les conditions météorologiques, il va de soi qu’elle présente son lot d’éléments impondérables. Cela ne semble toutefois pas poser problème du moment où les consommateurs sont prévenus dès que possible. Il semble même que cela ajoute à l’authenticité de l’expérience et permette aux consommateurs de mieux saisir les enjeux liés à la pêche et à ses aléas (18). Au demeurant, un regroupement de plusieurs pêcheurs et aquaculteurs au sein d’une même PASC peut apporter plus de diversité et de stabilité à l’approvisionnement.

Un dernier défi du côté de l’offre est de communiquer adéquatement les qualités et les retombées de la PASC aux consommateurs, entre autres en ce qui a trait à leur caractère local et durable. En effet, les PASC rivalisent avec les mouvements mondiaux pour une pêche durable misant sur des certifications, comme le Marine Stewardship Council (MSC). Bien que ces derniers revêtent une certaine importance, ils évacuent le caractère local et admettent la pêche industrielle hautement monospécifique. Ce défi des PASC consiste donc à se distinguer (par des critères robustes) des approches globalisantes de la pêche durable, dont les critères sont bien souvent conçus par et pour des corporations multinationales de l’agroalimentaire.

Du côté de la demande

Du côté de la demande, le premier défi est de gérer les attentes très diversifiées des consommateurs. Comme cela est le cas dans la plupart des marchés, la clientèle d’une PASC varie considérablement et elle nourrit différentes attentes en matière de services et de produits recherchés. Cela est d’autant plus vrai pour un mode de commercialisation émergent, dont les formules sont très variées (19). Les consommateurs peuvent avoir des représentations très différentes de ce qui est « local » et « durable ». Certains attendront une grande diversité d’espèces, d’autres quelques espèces en particulier. Répondre à ces attentes est tout sauf aisé, surtout compte tenu des éléments impondérables propres à la pêche.

Un second défi est de fidéliser un noyau dur de consommateurs. Les PASC, cherchant à stabiliser leurs revenus, engendrent des contraintes pour les consommateurs, désormais habitués à trouver de tout, tout le temps. Le prix réel des produits, notamment lorsque les coûts sociaux et environnementaux sont internalisés, peut aussi apparaître prohibitif, d’où la nécessité de communiquer adéquatement les qualités locales et durables des produits, ainsi que leurs retombées économiques, sociales et environnementales pour les communautés concernées. Bref, les PASC peuvent être confrontées à un roulement de clientèle qui peut menacer la stabilisé dont elles ont grandement besoin.

Les facteurs de succès

Pour mieux surmonter ces défis, une étude canadienne menée auprès de 47 PASC en Amérique du Nord s’est penchée sur leurs facteurs de succès, du point de vue de leur performance économique et de leur viabilité à long terme. Après tout, il faut le reconnaître, plusieurs PASC ont cessé leurs activités faute de rentabilité. L’étude identifie ainsi trois caractéristiques clés influençant de manière positive les marges bénéficiaires nettes (retenue comme indicateur de leur performance économique) des PASC, soit s’engager activement dans les médias sociaux, offrir une option de vente au détail (vente au quai, marché de producteurs, commerce en ligne, etc.) et avoir au moins un pêcheur ou un aquaculteur comme membre fondateur. Conjointement, ces trois caractéristiques clés permettent de développer les PASC autour de trois piliers centraux, soit la communication, la commercialisation et la production (pêche ou aquaculture)(20).

L’engagement actif dans les médias sociaux permet tout d’abord de mener des activités de communication relativement simples comme stimuler la participation de la communauté et des consommateurs, diffuser de l’information, coordonner la livraison des colis ou interagir avec un large public, notamment les plus jeunes, tout ceci à moindres coûts. Quant à l’offre d’une option de vente au détail, elle permet de diversifier les activités de commercialisation, d’éviter qu’elles reposent uniquement sur un seul débouché et de capter des consommateurs réticents à partager le risque et préférant s’approvisionner à la carte. Enfin, avoir un pêcheur ou un aquaculteur en tant que membre fondateur permet une plus grande expertise dans la coordination et la gestion de la PASC. Sa connaissance du secteur et de la communauté est un atout majeur, surtout pour recruter d’autres pêcheurs ou aquaculteurs et d’autres consommateurs. Le lien qu’il est amené à développer avec les consommateurs semble également ajouter de la crédibilité, favoriser l’établissement de relations de confiance et susciter l’implication des consommateurs.

Conclusion

Les PASC sont encore relativement jeunes et pourtant engendrent déjà des retombées considérables, tant sur le plan économique que social et environnemental. Bien qu’elles rencontrent d’importants défis, ceux-ci ne sont pas insurmontables puisque des facteurs de succès ont déjà été identifiés. Le Québec ne devrait pas être en rade devant une telle occasion de développement pour ses communautés et l’économie de ses pêches. Une approche structurée et intégrée des PASC au Québec, portée par un acteur majeur, permettrait certainement de surmonter les obstacles et faciliterait l’ancrage de la formule ici. La prochaine fiche ouvrira d’ailleurs la discussion sur ce sujet.

Références

1– Witter, A. (2012). Local Seafood Movements and Seafood Sustainability in North America. A case study on a community supported fishery in Monterey, California, mémoire de maîtrise (sciences de l’environnement, politiques publiques et gestion ; programme Erasmus) sous la direction de Naoko Tojo et Jason Scorse, Université de l’Égée, Université de l’Europe centrale, Université de Lund et Université de Manchester, [en ligne], p. 50.

2– La résilience se définit comme la « capacité d’un système alimentaire et de ses éléments constitutifs à garantir la sécurité alimentaire au cours du temps, malgré des perturbations variées et non prévues ». Les greniers d’abondance (2020). Vers la résilience alimentaire. Faire face aux menaces globales à l’échelle des territoires, 2e édition, [en ligne], p. 177.

3– McClenachan, L. M., Neal, B. P., Al-Abdulrazzak, D., Witkin, T., Fisher, K. et J. N. Kittinger (2014). « Do community supported fisheries (CSFs) improve sustainability ? », Fisheries Research, vol. 157, [en ligne], p. 66-67 ; Stoll, J., Dubik, B. et L. M. Campbell (2015). « Local seafood : rethinking the direct marketing paradigm », Ecology and Society, vol. 20, no 2, [en ligne], p. 9-10.

4– Carlson, A. K., Young, T., Centeno, M. A. et S. A. Levin (2021). « Boat to bowl : resilience through network rewiring of a community-supported fishery amid the COVID-19 pandemic », Environmental Research Letters, vol. 16, no 3, [en ligne], p. 13-14.

5– Stoll, J., Harrison, H., De Sousa, E., Callaway, D., Collier, M., Harrell, K., Jones, B. Kastlunger, J., Kramer, E., Kurian, S., Lovewell, M. A., Strobel, S., Sylvester, T., Tolley, B., Tomlinson, A., White, E. R., Young, T. et P. Loring (2021). « Alternative Seafood Networks During COVID-19 : Implications for Resilience and Sustainability », Frontiers in Sustainable Food Systems, vol. 5, [en ligne], p. 1-12.

6– L’étude d’une PASC en Caroline du Nord avance que les pêcheurs ont touché un revenu supérieur de 33 % au revenu moyen des autres pêcheurs de la région, pour les mêmes espèces. La forme coopérative retenue par cette PASC a en outre ajouté, au revenu des pêcheurs, une ristourne variant de 14 à 18 %. Stoll, J., Dubik, B. et L. M. Campbell (2015). Op. Cit., p. 6-7.

7– Brinson, A., Lee, M.-Y. et B. Rountree (2011). « Direct marketing strategies : The rise of community supported fishery programs », Marine Policy, vol. 35, [en ligne], p. 542 ; Giorgi, S., Herren, S., et G. King (2013). Community Supported Fisheries (CSFs) : Exploring the potential of CSFs through Catchbox, Brook Lyndhurst et DEFRA, [en ligne], p. 4 et 70-72 ; Witter, A. (2012). Op. Cit., p. 23-24 ; Witter, A. et J. Stoll (2017). « Participation and resistance : Alternative seafood marketing in a neoliberal era », Marine Policy, vol. 80, [en ligne], p. 134-135.

8– Giorgi, S., Herren, S., et G. King (2013). Op. Cit., p. 72-86 et 100 ; Witter, A. (2012). Op. Cit., p. 24.

9– Bolton, A. E., Dubik, B., Stoll, J. et X. Basurto (2016). « Describing the diversity of community supported fishery programs in North America », Marine Policy, vol. 66, [en ligne], p. 25 ; Giorgi, S., Herren, S., et G. King (2013). Op. Cit., p. 4-5 et 72-86 ; McClenachan, L. M., Neal, B. P., Al-Abdulrazzak, D., Witkin, T., Fisher, K. et J. N. Kittinger (2014). Op. Cit., p. 67-68 ; Witter, A. (2012). Op. Cit., p. 48-49 ; Witter, A. et J. Stoll (2017). Op. Cit., p. 135-136.

10– Giorgi, S., Herren, S., et G. King (2013). Op. Cit., p. 5, 74-76 et 90-91 ; McClenachan, L. M., Neal, B. P., Al-Abdulrazzak, D., Witkin, T., Fisher, K. et J. N. Kittinger (2014). Op. Cit., p. 67-68 ; Raftowicz, M., Kalisiak-Mędelska, M. et M. Struś (2021). « The Implementation of CSA Model in Aquaculture Management in Poland », Sustainability, vol. 13, no 3, [en ligne], p. 3-4 ; Stoll, J., Dubik, B. et L. M. Campbell (2015). Op. Cit., p. 7-10 ; Witter, A. (2012). Op. Cit., p. 48-49 ; Witter, A. et J. Stoll (2017). Op. Cit., p. 135-136.

11– McClenachan, L. M., Neal, B. P., Al-Abdulrazzak, D., Witkin, T., Fisher, K. et J. N. Kittinger (2014). Op. Cit., p. 66-67 ; Stoll, J., Dubik, B. et L. M. Campbell (2015). Op. Cit., p. 9.

12– McClenachan, L. M., Neal, B. P., Al-Abdulrazzak, D., Witkin, T., Fisher, K. et J. N. Kittinger (2014). Op. Cit., p. 66-67 ; Stoll, J., Dubik, B. et L. M. Campbell (2015). Op. Cit., p. 9.

13– Ainsi, même une PASC qui fait transiter ses produits sur un peu plus de 4000 km demeure de moitié en deçà de la moyenne des produits aquatiques industriels. McClenachan, L. M., Neal, B. P., Al-Abdulrazzak, D., Witkin, T., Fisher, K. et J. N. Kittinger (2014). Op. Cit., p. 64-67.

14- Sauf indication contraire, cette section sur les principaux défis a été rédigée à partir de : Witter, A. (2012). Op. Cit., p. 58-61.

15-Godwin, S. C., Francis, F. T., Howard, B. R., Malpica-Cruz, L. et A. L. Witter (2017). « Towards the economic viability of local seafood programs : Key features for the financial performance of community supported fisheries », Marine Policy, vol. 81, [en ligne], p. 376 ; Witter, A. et J. Stoll (2017). Op. Cit., p. 136.

16– Loring, P., De Sousa, E. et H. Harrison (2021). « Small scale fisheries can have a big future in Canada’s food systems », Policy Options, 2 avril, [en ligne].

17– La notion de partage des risques a été abordée dans la première fiche de cette série. Voir : [en ligne].

18– Giorgi, S., Herren, S., et G. King (2013). Op. Cit., p. 29.
19– Nous avons abordé la diversité des formes et formules possibles dans la fiche précédente. Voir : [en ligne].

20 – Godwin, S. C., Francis, F. T., Howard, B. R., Malpica-Cruz, L. et A. L. Witter (2017). Op. Cit., p. 377-379.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]" ["post_title"]=> string(106) "Les pêcheries et l’aquaculture soutenues par la communauté : les retombées et les défis (partie 2/3)" ["post_excerpt"]=> string(187) "Cette seconde fiche portera maintenant sur les retombées de cette approche qui mise sur les circuits courts, sur les principaux défis qu’elle rencontre et sur ses facteurs de succès." ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(95) "les-pecheries-et-laquaculture-soutenues-par-la-communaute-les-retombees-et-les-defis-partie-2-3" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2022-09-27 22:47:23" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2022-09-27 22:47:23" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(44) "https://www.mangetonsaintlaurent.com/?p=2172" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" } } ["post_count"]=> int(3) ["current_post"]=> int(-1) ["in_the_loop"]=> bool(false) ["post"]=> object(WP_Post)#13195 (24) { ["ID"]=> int(2077) ["post_author"]=> string(1) "7" ["post_date"]=> string(19) "2022-06-02 18:18:50" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2022-06-02 18:18:50" ["post_content"]=> string(5964) "[et_pb_section fb_built="1" _builder_version="4.18.0" custom_margin="-35px|||||" custom_padding="10px||||false|false" global_colors_info="{}"][et_pb_row _builder_version="4.18.0" background_size="initial" background_position="top_left" background_repeat="repeat" min_height="1650.4px" global_colors_info="{}"][et_pb_column type="4_4" _builder_version="4.18.0" custom_padding="0px||||false|false" global_colors_info="{}" custom_padding__hover="|||"][et_pb_text _builder_version="4.18.0" background_size="initial" background_position="top_left" background_repeat="repeat" min_height="1485.8px" hover_enabled="0" global_colors_info="{}" sticky_enabled="0"]

Par Gabriel Bourgault-Faucher et François L’Italien

Avril 2022

Contexte

Le présent rapport de recherche s’inscrit au sein d’une démarche plus générale menée en partenariat avec le collectif Manger notre Saint-Laurent et ayant pour objectifs de « mettre en valeur » les ressources alimentaires comestibles (animales et végétales) de l’ensemble du Saint-Laurent (fleuve, estuaire, golfe), de promouvoir le plaisir de manger ces aliments locaux et de promouvoir la souveraineté alimentaire » (RQM, 2020). Une première phase de cette démarche, portée par Manger notre Saint-Laurent en 2018-2019, consistait à documenter les enjeux prioritaires auxquels sont confrontés les acteurs de la filière halieutique du Québec maritime. Le second volet, auquel l’IRÉC participe actuellement, vise à développer des interventions qui permettront de valoriser les ressources du Saint-Laurent. Cette démarche se base sur une analyse de l’économie des pêches au Québec adressant plus spécifiquement les enjeux entourant la commercialisation des produits marins québécois sur le marché domestique.

Faits saillants

  • Depuis quelques années, le prix du crabe des neiges (Chionoecetes opilio) atteint des sommets inégalés. Entre 2010 (3,97 $/kg) et 2021 (16,30 $/kg), le prix au débarquement a plus que quadruplé, suivant un taux de croissance annuel moyen de 14 %. L’année 2022 établira vraisemblablement un nouveau record ;
  • Comprendre cette hausse vertigineuse du prix du crabe des neiges au cours des dernières années nous renvoie à l’analyse des principaux déterminants de l’offre et de la demande à l’échelle mondiale, puisque c’est dans ce cadre que s’inscrit l’industrie du crabe des neiges au Québec ;
  • Du côté de l’offre globale, les débarquements de crabe du genre Chionoecetes ont culminé en 2015 et depuis les volumes diminuent d’année en année. En ce qui concerne la demande globale, les données quantitatives font défaut, mais tout indique qu’elle est forte et stable, voire croissante ;
  • L’industrie du crabe des neiges au Québec maritime traverse actuellement une période faste, où à la fois pêcheurs et transformateurs engrangent des revenus imposants d’une année à l’autre. Si cela constitue, sur le court terme, une bonne nouvelle pour ces acteurs, nous devons prendre le recul nécessaire devant cette conjoncture pour soulever les enjeux économiques de long terme qui y sont associés ;
  • Le premier enjeu est celui de la place du crabe des neiges dans l’alimentation et l’économie du Québec. Depuis plusieurs décennies, cette ressource est massivement extraite, emballée puis exportée vers les marchés mondiaux, ce qui engendre un important découplage avec les communautés côtières, ne génère pas toutes les retombées souhaitées et contribue faiblement à l’autonomie alimentaire ;
  • Le second enjeu est celui de la viabilité économique, à terme, d’un modèle qui est largement dépendant des aléas des marchés mondiaux. Si l’industrie du crabe des neiges bénéficie actuellement des hauts que connaissent ces marchés, elle est aussi sujette à ses bas ;
  • Enfin, et corollairement au second enjeu, le troisième concerne la viabilité écologique du modèle. Nous sommes prévenus : les changements climatiques amènent et vont amener des transformations et des défis inédits aux pêcheries ;

En conclusion, nous avançons deux propositions pour affronter les enjeux soulevés. Ces propositions sont davantage des voies à explorer que des mesures éprouvées et détaillées:

 

  1. La première proposition concerne la création d’un dispositif de stabilisation partielle des prix. Il s’agirait d’adopter un mécanisme de détermination du prix du crabe des neiges qui serait en vigueur sur le marché québécois, et qui serait fondé sur les coûts de production ;
  2. La seconde proposition consiste en une voie à privilégier pour préparer maintenant l’avenir des pêches. Le Québec gagnerait à mettre sur pied un fonds de diversification des pêches destiné à doter le secteur du coussin financier suffisant pour faire face aux aléas économiques et écologiques qui surviendront ;

Dans tous les cas, une nouvelle recette, autre que le fish and ship, s’impose. Une recette qui consiste à « Garde-Manger notre St-Laurent », c’est-à-dire consommer localement les ressources comestibles du Saint-Laurent tout en en prenant le plus grand soin.

Lisez la note de recherche complète ici:

[/et_pb_text][et_pb_button button_url="https://www.mangetonsaintlaurent.com/wp-content/uploads/2022/09/Le-prix-du-crabe-des-neiges.-Comprendre-les-mecanismes-et-les-enjeux-economiques_isbn_vf.pdf" url_new_window="on" button_text="Télécharger le PDF" _builder_version="4.18.0" _module_preset="default" global_colors_info="{}"][/et_pb_button][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]" ["post_title"]=> string(82) "Le prix du crabe des neiges: comprendre les mécanismes et les enjeux économiques" ["post_excerpt"]=> string(378) "Dans le contexte où la pêche aux crabes des neiges s'est ouverte cette année en atteignant des prix records, l'IREC a publié une recherche réalisée en partenariat avec notre collectif. Cette étude explique non seulement la hausse des prix du crabe des neiges, mais apporte également des pistes de solutions pour un modèle économique plus juste et viable pour l'avenir." ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(4) "open" ["ping_status"]=> string(4) "open" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(17) "un-nouveau-projet" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2022-10-04 18:22:06" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2022-10-04 18:22:06" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(44) "https://www.mangetonsaintlaurent.com/?p=2077" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" } ["comment_count"]=> int(0) ["current_comment"]=> int(-1) ["found_posts"]=> int(12) ["max_num_pages"]=> float(4) ["max_num_comment_pages"]=> int(0) ["is_single"]=> bool(false) ["is_preview"]=> bool(false) ["is_page"]=> bool(false) ["is_archive"]=> bool(true) ["is_date"]=> bool(false) ["is_year"]=> bool(false) ["is_month"]=> bool(false) ["is_day"]=> bool(false) ["is_time"]=> bool(false) ["is_author"]=> bool(false) ["is_category"]=> bool(true) ["is_tag"]=> bool(false) ["is_tax"]=> bool(false) ["is_search"]=> bool(false) ["is_feed"]=> bool(false) ["is_comment_feed"]=> bool(false) ["is_trackback"]=> bool(false) ["is_home"]=> bool(false) ["is_privacy_policy"]=> bool(false) ["is_404"]=> bool(false) ["is_embed"]=> bool(false) ["is_paged"]=> bool(false) ["is_admin"]=> bool(false) ["is_attachment"]=> bool(false) ["is_singular"]=> bool(false) ["is_robots"]=> bool(false) ["is_favicon"]=> bool(false) ["is_posts_page"]=> bool(false) ["is_post_type_archive"]=> bool(false) ["query_vars_hash":"WP_Query":private]=> string(32) "8fae55d9343e0dd9d95c4e4cec9f3eb2" ["query_vars_changed":"WP_Query":private]=> bool(false) ["thumbnails_cached"]=> bool(false) ["stopwords":"WP_Query":private]=> NULL ["compat_fields":"WP_Query":private]=> array(2) { [0]=> string(15) "query_vars_hash" [1]=> string(18) "query_vars_changed" } ["compat_methods":"WP_Query":private]=> array(2) { [0]=> string(16) "init_query_flags" [1]=> string(15) "parse_tax_query" } }
Recherche
Note de recherche

Le prix du crabe des neiges: comprendre les mécanismes et les enjeux économiques

Dans le contexte où la pêche aux crabes des neiges s'est ouverte cette année en atteignant des prix records, l'IREC a publié une recherche réalisée en partenariat avec notre collectif. Cette étude explique non seulement la hausse des prix du crabe des neiges, mais apporte également des pistes de solutions pour un modèle économique plus juste et viable pour l'avenir.
Lire la suite
Le prix du crabe des neiges: comprendre les mécanismes et les enjeux économiques
Lire la suite
Recherche
Article de vulgarisation

Les pêcheries et l’aquaculture soutenues par la communauté : implanter la formule au Québec (partie 3/3)

Au Québec aucun projet structuré de pêcheries et d’aquaculture soutenues par la communauté n’existe. Pourtant, leur implantation au Québec présente un potentiel certain.
Lire la suite
Les pêcheries et l’aquaculture soutenues par la communauté : implanter la formule au Québec (partie 3/3)
Lire la suite
Recherche
Article de vulgarisation

Les pêcheries et l’aquaculture soutenues par la communauté : les retombées et les défis (partie 2/3)

Cette seconde fiche portera maintenant sur les retombées de cette approche qui mise sur les circuits courts, sur les principaux défis qu’elle rencontre et sur ses facteurs de succès.
Lire la suite
Les pêcheries et l’aquaculture soutenues par la communauté : les retombées et les défis (partie 2/3)
Lire la suite

Qui sommes-nous ?

Mange ton Saint-Laurent! est un collectif de passionnés issus de milieux variés, c’est-à-dire des chercheurs, des chefs, des artistes, des professionnels de la santé et des entrepreneurs qui souhaitent que les Québécoises et Québécois découvrent et s’approprient les ressources comestibles du fleuve, de l’estuaire et du golfe Saint-Laurent.

Les espèces comestibles

object(WP_Query)#13393 (51) {
  ["query"]=>
  array(6) {
    ["post_type"]=>
    string(7) "especes"
    ["post_status"]=>
    string(7) "publish"
    ["posts_per_page"]=>
    int(9)
    ["paged"]=>
    int(1)
    ["orderby"]=>
    array(2) {
      ["vedette_clause_2"]=>
      string(4) "DESC"
      ["rand"]=>
      string(3) "ASC"
    }
    ["meta_query"]=>
    array(3) {
      ["relation"]=>
      string(2) "OR"
      ["vedette_clause"]=>
      array(2) {
        ["key"]=>
        string(7) "vedette"
        ["compare"]=>
        string(6) "EXISTS"
      }
      ["vedette_clause_2"]=>
      array(3) {
        ["key"]=>
        string(7) "vedette"
        ["compare"]=>
        string(10) "NOT EXISTS"
        ["value"]=>
        string(10) "completely"
      }
    }
  }
  ["query_vars"]=>
  array(66) {
    ["post_type"]=>
    string(7) "especes"
    ["post_status"]=>
    string(7) "publish"
    ["posts_per_page"]=>
    int(9)
    ["paged"]=>
    int(1)
    ["orderby"]=>
    array(2) {
      ["vedette_clause_2"]=>
      string(4) "DESC"
      ["rand"]=>
      string(3) "ASC"
    }
    ["meta_query"]=>
    array(3) {
      ["relation"]=>
      string(2) "OR"
      ["vedette_clause"]=>
      array(2) {
        ["key"]=>
        string(7) "vedette"
        ["compare"]=>
        string(6) "EXISTS"
      }
      ["vedette_clause_2"]=>
      array(3) {
        ["key"]=>
        string(7) "vedette"
        ["compare"]=>
        string(10) "NOT EXISTS"
        ["value"]=>
        string(10) "completely"
      }
    }
    ["error"]=>
    string(0) ""
    ["m"]=>
    string(0) ""
    ["p"]=>
    int(0)
    ["post_parent"]=>
    string(0) ""
    ["subpost"]=>
    string(0) ""
    ["subpost_id"]=>
    string(0) ""
    ["attachment"]=>
    string(0) ""
    ["attachment_id"]=>
    int(0)
    ["name"]=>
    string(0) ""
    ["pagename"]=>
    string(0) ""
    ["page_id"]=>
    int(0)
    ["second"]=>
    string(0) ""
    ["minute"]=>
    string(0) ""
    ["hour"]=>
    string(0) ""
    ["day"]=>
    int(0)
    ["monthnum"]=>
    int(0)
    ["year"]=>
    int(0)
    ["w"]=>
    int(0)
    ["category_name"]=>
    string(0) ""
    ["tag"]=>
    string(0) ""
    ["cat"]=>
    string(0) ""
    ["tag_id"]=>
    string(0) ""
    ["author"]=>
    string(0) ""
    ["author_name"]=>
    string(0) ""
    ["feed"]=>
    string(0) ""
    ["tb"]=>
    string(0) ""
    ["meta_key"]=>
    string(0) ""
    ["meta_value"]=>
    string(0) ""
    ["preview"]=>
    string(0) ""
    ["s"]=>
    string(0) ""
    ["sentence"]=>
    string(0) ""
    ["title"]=>
    string(0) ""
    ["fields"]=>
    string(0) ""
    ["menu_order"]=>
    string(0) ""
    ["embed"]=>
    string(0) ""
    ["category__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["category__not_in"]=>
    array(0) {
    }
    ["category__and"]=>
    array(0) {
    }
    ["post__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["post__not_in"]=>
    array(0) {
    }
    ["post_name__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["tag__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["tag__not_in"]=>
    array(0) {
    }
    ["tag__and"]=>
    array(0) {
    }
    ["tag_slug__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["tag_slug__and"]=>
    array(0) {
    }
    ["post_parent__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["post_parent__not_in"]=>
    array(0) {
    }
    ["author__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["author__not_in"]=>
    array(0) {
    }
    ["ignore_sticky_posts"]=>
    bool(false)
    ["suppress_filters"]=>
    bool(false)
    ["cache_results"]=>
    bool(true)
    ["update_post_term_cache"]=>
    bool(true)
    ["lazy_load_term_meta"]=>
    bool(true)
    ["update_post_meta_cache"]=>
    bool(true)
    ["nopaging"]=>
    bool(false)
    ["comments_per_page"]=>
    string(2) "50"
    ["no_found_rows"]=>
    bool(false)
    ["order"]=>
    string(4) "DESC"
  }
  ["tax_query"]=>
  object(WP_Tax_Query)#13108 (6) {
    ["queries"]=>
    array(0) {
    }
    ["relation"]=>
    string(3) "AND"
    ["table_aliases":protected]=>
    array(0) {
    }
    ["queried_terms"]=>
    array(0) {
    }
    ["primary_table"]=>
    string(8) "wp_posts"
    ["primary_id_column"]=>
    string(2) "ID"
  }
  ["meta_query"]=>
  object(WP_Meta_Query)#13373 (9) {
    ["queries"]=>
    array(3) {
      ["vedette_clause"]=>
      array(2) {
        ["key"]=>
        string(7) "vedette"
        ["compare"]=>
        string(6) "EXISTS"
      }
      ["vedette_clause_2"]=>
      array(3) {
        ["key"]=>
        string(7) "vedette"
        ["compare"]=>
        string(10) "NOT EXISTS"
        ["value"]=>
        string(10) "completely"
      }
      ["relation"]=>
      string(2) "OR"
    }
    ["relation"]=>
    string(2) "OR"
    ["meta_table"]=>
    string(11) "wp_postmeta"
    ["meta_id_column"]=>
    string(7) "post_id"
    ["primary_table"]=>
    string(8) "wp_posts"
    ["primary_id_column"]=>
    string(2) "ID"
    ["table_aliases":protected]=>
    array(2) {
      [0]=>
      string(11) "wp_postmeta"
      [1]=>
      string(3) "mt1"
    }
    ["clauses":protected]=>
    array(2) {
      ["vedette_clause"]=>
      array(5) {
        ["key"]=>
        string(7) "vedette"
        ["compare"]=>
        string(6) "EXISTS"
        ["compare_key"]=>
        string(1) "="
        ["alias"]=>
        string(11) "wp_postmeta"
        ["cast"]=>
        string(4) "CHAR"
      }
      ["vedette_clause_2"]=>
      array(6) {
        ["key"]=>
        string(7) "vedette"
        ["compare"]=>
        string(10) "NOT EXISTS"
        ["value"]=>
        string(10) "completely"
        ["compare_key"]=>
        string(1) "="
        ["alias"]=>
        string(3) "mt1"
        ["cast"]=>
        string(4) "CHAR"
      }
    }
    ["has_or_relation":protected]=>
    bool(true)
  }
  ["date_query"]=>
  bool(false)
  ["request"]=>
  string(492) "
					SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID
					FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_postmeta ON ( wp_posts.ID = wp_postmeta.post_id )  LEFT JOIN wp_postmeta AS mt1 ON ( wp_posts.ID = mt1.post_id AND mt1.meta_key = 'vedette' )
					WHERE 1=1  AND ( 
  wp_postmeta.meta_key = 'vedette' 
  OR 
  mt1.post_id IS NULL
) AND wp_posts.post_type = 'especes' AND ((wp_posts.post_status = 'publish'))
					GROUP BY wp_posts.ID
					ORDER BY CAST(mt1.meta_value AS CHAR) DESC, RAND() ASC
					LIMIT 0, 9
				"
  ["posts"]=>
  array(9) {
    [0]=>
    object(WP_Post)#13107 (24) {
      ["ID"]=>
      int(1115)
      ["post_author"]=>
      string(1) "4"
      ["post_date"]=>
      string(19) "2021-07-16 15:48:25"
      ["post_date_gmt"]=>
      string(19) "2021-07-16 15:48:25"
      ["post_content"]=>
      string(0) ""
      ["post_title"]=>
      string(19) "Pétoncle d'Islande"
      ["post_excerpt"]=>
      string(0) ""
      ["post_status"]=>
      string(7) "publish"
      ["comment_status"]=>
      string(6) "closed"
      ["ping_status"]=>
      string(6) "closed"
      ["post_password"]=>
      string(0) ""
      ["post_name"]=>
      string(17) "petoncle-dislande"
      ["to_ping"]=>
      string(0) ""
      ["pinged"]=>
      string(0) ""
      ["post_modified"]=>
      string(19) "2022-08-31 21:17:58"
      ["post_modified_gmt"]=>
      string(19) "2022-08-31 21:17:58"
      ["post_content_filtered"]=>
      string(0) ""
      ["post_parent"]=>
      int(0)
      ["guid"]=>
      string(73) "http://mangernotrestlaurent.tchintactic.ca/?post_type=especes&p=1115"
      ["menu_order"]=>
      int(0)
      ["post_type"]=>
      string(7) "especes"
      ["post_mime_type"]=>
      string(0) ""
      ["comment_count"]=>
      string(1) "0"
      ["filter"]=>
      string(3) "raw"
    }
    [1]=>
    object(WP_Post)#13118 (24) {
      ["ID"]=>
      int(1103)
      ["post_author"]=>
      string(1) "4"
      ["post_date"]=>
      string(19) "2021-07-16 15:36:56"
      ["post_date_gmt"]=>
      string(19) "2021-07-16 15:36:56"
      ["post_content"]=>
      string(0) ""
      ["post_title"]=>
      string(18) "Phoque à capuchon"
      ["post_excerpt"]=>
      string(0) ""
      ["post_status"]=>
      string(7) "publish"
      ["comment_status"]=>
      string(6) "closed"
      ["ping_status"]=>
      string(6) "closed"
      ["post_password"]=>
      string(0) ""
      ["post_name"]=>
      string(17) "phoque-a-capuchon"
      ["to_ping"]=>
      string(0) ""
      ["pinged"]=>
      string(0) ""
      ["post_modified"]=>
      string(19) "2022-09-02 21:04:52"
      ["post_modified_gmt"]=>
      string(19) "2022-09-02 21:04:52"
      ["post_content_filtered"]=>
      string(0) ""
      ["post_parent"]=>
      int(0)
      ["guid"]=>
      string(73) "http://mangernotrestlaurent.tchintactic.ca/?post_type=especes&p=1103"
      ["menu_order"]=>
      int(0)
      ["post_type"]=>
      string(7) "especes"
      ["post_mime_type"]=>
      string(0) ""
      ["comment_count"]=>
      string(1) "0"
      ["filter"]=>
      string(3) "raw"
    }
    [2]=>
    object(WP_Post)#13285 (24) {
      ["ID"]=>
      int(406)
      ["post_author"]=>
      string(1) "4"
      ["post_date"]=>
      string(19) "2021-04-19 14:44:36"
      ["post_date_gmt"]=>
      string(19) "2021-04-19 14:44:36"
      ["post_content"]=>
      string(0) ""
      ["post_title"]=>
      string(11) "Oursin vert"
      ["post_excerpt"]=>
      string(0) ""
      ["post_status"]=>
      string(7) "publish"
      ["comment_status"]=>
      string(6) "closed"
      ["ping_status"]=>
      string(6) "closed"
      ["post_password"]=>
      string(0) ""
      ["post_name"]=>
      string(11) "oursin-vert"
      ["to_ping"]=>
      string(0) ""
      ["pinged"]=>
      string(0) ""
      ["post_modified"]=>
      string(19) "2022-08-31 21:14:13"
      ["post_modified_gmt"]=>
      string(19) "2022-08-31 21:14:13"
      ["post_content_filtered"]=>
      string(0) ""
      ["post_parent"]=>
      int(0)
      ["guid"]=>
      string(72) "http://mangernotrestlaurent.tchintactic.ca/?post_type=especes&p=406"
      ["menu_order"]=>
      int(0)
      ["post_type"]=>
      string(7) "especes"
      ["post_mime_type"]=>
      string(0) ""
      ["comment_count"]=>
      string(1) "0"
      ["filter"]=>
      string(3) "raw"
    }
    [3]=>
    object(WP_Post)#13297 (24) {
      ["ID"]=>
      int(292)
      ["post_author"]=>
      string(1) "4"
      ["post_date"]=>
      string(19) "2021-03-29 21:42:14"
      ["post_date_gmt"]=>
      string(19) "2021-03-29 21:42:14"
      ["post_content"]=>
      string(0) ""
      ["post_title"]=>
      string(20) "Éperlan arc-en-ciel"
      ["post_excerpt"]=>
      string(0) ""
      ["post_status"]=>
      string(7) "publish"
      ["comment_status"]=>
      string(6) "closed"
      ["ping_status"]=>
      string(6) "closed"
      ["post_password"]=>
      string(0) ""
      ["post_name"]=>
      string(19) "eperlan-arc-en-ciel"
      ["to_ping"]=>
      string(0) ""
      ["pinged"]=>
      string(0) ""
      ["post_modified"]=>
      string(19) "2022-08-29 23:35:20"
      ["post_modified_gmt"]=>
      string(19) "2022-08-29 23:35:20"
      ["post_content_filtered"]=>
      string(0) ""
      ["post_parent"]=>
      int(0)
      ["guid"]=>
      string(72) "http://mangernotrestlaurent.tchintactic.ca/?post_type=especes&p=292"
      ["menu_order"]=>
      int(0)
      ["post_type"]=>
      string(7) "especes"
      ["post_mime_type"]=>
      string(0) ""
      ["comment_count"]=>
      string(1) "0"
      ["filter"]=>
      string(3) "raw"
    }
    [4]=>
    object(WP_Post)#13385 (24) {
      ["ID"]=>
      int(439)
      ["post_author"]=>
      string(1) "4"
      ["post_date"]=>
      string(19) "2021-04-19 17:06:36"
      ["post_date_gmt"]=>
      string(19) "2021-04-19 17:06:36"
      ["post_content"]=>
      string(0) ""
      ["post_title"]=>
      string(17) "Plantain maritime"
      ["post_excerpt"]=>
      string(0) ""
      ["post_status"]=>
      string(7) "publish"
      ["comment_status"]=>
      string(6) "closed"
      ["ping_status"]=>
      string(6) "closed"
      ["post_password"]=>
      string(0) ""
      ["post_name"]=>
      string(17) "plantain-maritime"
      ["to_ping"]=>
      string(0) ""
      ["pinged"]=>
      string(0) ""
      ["post_modified"]=>
      string(19) "2022-09-02 21:14:50"
      ["post_modified_gmt"]=>
      string(19) "2022-09-02 21:14:50"
      ["post_content_filtered"]=>
      string(0) ""
      ["post_parent"]=>
      int(0)
      ["guid"]=>
      string(72) "http://mangernotrestlaurent.tchintactic.ca/?post_type=especes&p=439"
      ["menu_order"]=>
      int(0)
      ["post_type"]=>
      string(7) "especes"
      ["post_mime_type"]=>
      string(0) ""
      ["comment_count"]=>
      string(1) "0"
      ["filter"]=>
      string(3) "raw"
    }
    [5]=>
    object(WP_Post)#13195 (24) {
      ["ID"]=>
      int(1202)
      ["post_author"]=>
      string(1) "4"
      ["post_date"]=>
      string(19) "2021-07-16 19:50:42"
      ["post_date_gmt"]=>
      string(19) "2021-07-16 19:50:42"
      ["post_content"]=>
      string(0) ""
      ["post_title"]=>
      string(13) "Phoque commun"
      ["post_excerpt"]=>
      string(0) ""
      ["post_status"]=>
      string(7) "publish"
      ["comment_status"]=>
      string(6) "closed"
      ["ping_status"]=>
      string(6) "closed"
      ["post_password"]=>
      string(0) ""
      ["post_name"]=>
      string(13) "phoque-commun"
      ["to_ping"]=>
      string(0) ""
      ["pinged"]=>
      string(0) ""
      ["post_modified"]=>
      string(19) "2022-09-02 21:06:41"
      ["post_modified_gmt"]=>
      string(19) "2022-09-02 21:06:41"
      ["post_content_filtered"]=>
      string(0) ""
      ["post_parent"]=>
      int(0)
      ["guid"]=>
      string(73) "http://mangernotrestlaurent.tchintactic.ca/?post_type=especes&p=1202"
      ["menu_order"]=>
      int(0)
      ["post_type"]=>
      string(7) "especes"
      ["post_mime_type"]=>
      string(0) ""
      ["comment_count"]=>
      string(1) "0"
      ["filter"]=>
      string(3) "raw"
    }
    [6]=>
    object(WP_Post)#13293 (24) {
      ["ID"]=>
      int(269)
      ["post_author"]=>
      string(1) "4"
      ["post_date"]=>
      string(19) "2021-03-29 20:59:05"
      ["post_date_gmt"]=>
      string(19) "2021-03-29 20:59:05"
      ["post_content"]=>
      string(0) ""
      ["post_title"]=>
      string(46) "Bar rayé (population du fleuve Saint-Laurent)"
      ["post_excerpt"]=>
      string(0) ""
      ["post_status"]=>
      string(7) "publish"
      ["comment_status"]=>
      string(6) "closed"
      ["ping_status"]=>
      string(6) "closed"
      ["post_password"]=>
      string(0) ""
      ["post_name"]=>
      string(19) "bar-raye-pop-fleuve"
      ["to_ping"]=>
      string(0) ""
      ["pinged"]=>
      string(0) ""
      ["post_modified"]=>
      string(19) "2022-08-29 21:44:12"
      ["post_modified_gmt"]=>
      string(19) "2022-08-29 21:44:12"
      ["post_content_filtered"]=>
      string(0) ""
      ["post_parent"]=>
      int(0)
      ["guid"]=>
      string(72) "http://mangernotrestlaurent.tchintactic.ca/?post_type=especes&p=269"
      ["menu_order"]=>
      int(0)
      ["post_type"]=>
      string(7) "especes"
      ["post_mime_type"]=>
      string(0) ""
      ["comment_count"]=>
      string(1) "0"
      ["filter"]=>
      string(3) "raw"
    }
    [7]=>
    object(WP_Post)#13287 (24) {
      ["ID"]=>
      int(1100)
      ["post_author"]=>
      string(1) "4"
      ["post_date"]=>
      string(19) "2021-07-16 15:32:16"
      ["post_date_gmt"]=>
      string(19) "2021-07-16 15:32:16"
      ["post_content"]=>
      string(0) ""
      ["post_title"]=>
      string(13) "Airelle rouge"
      ["post_excerpt"]=>
      string(0) ""
      ["post_status"]=>
      string(7) "publish"
      ["comment_status"]=>
      string(6) "closed"
      ["ping_status"]=>
      string(6) "closed"
      ["post_password"]=>
      string(0) ""
      ["post_name"]=>
      string(18) "airelle-vigne-dida"
      ["to_ping"]=>
      string(0) ""
      ["pinged"]=>
      string(0) ""
      ["post_modified"]=>
      string(19) "2022-08-29 21:13:44"
      ["post_modified_gmt"]=>
      string(19) "2022-08-29 21:13:44"
      ["post_content_filtered"]=>
      string(0) ""
      ["post_parent"]=>
      int(0)
      ["guid"]=>
      string(73) "http://mangernotrestlaurent.tchintactic.ca/?post_type=especes&p=1100"
      ["menu_order"]=>
      int(0)
      ["post_type"]=>
      string(7) "especes"
      ["post_mime_type"]=>
      string(0) ""
      ["comment_count"]=>
      string(1) "0"
      ["filter"]=>
      string(3) "raw"
    }
    [8]=>
    object(WP_Post)#13168 (24) {
      ["ID"]=>
      int(428)
      ["post_author"]=>
      string(1) "4"
      ["post_date"]=>
      string(19) "2021-04-19 16:10:53"
      ["post_date_gmt"]=>
      string(19) "2021-04-19 16:10:53"
      ["post_content"]=>
      string(0) ""
      ["post_title"]=>
      string(16) "Mousse d'Irlande"
      ["post_excerpt"]=>
      string(0) ""
      ["post_status"]=>
      string(7) "publish"
      ["comment_status"]=>
      string(6) "closed"
      ["ping_status"]=>
      string(6) "closed"
      ["post_password"]=>
      string(0) ""
      ["post_name"]=>
      string(15) "mousse-dirlande"
      ["to_ping"]=>
      string(0) ""
      ["pinged"]=>
      string(0) ""
      ["post_modified"]=>
      string(19) "2022-08-31 19:42:29"
      ["post_modified_gmt"]=>
      string(19) "2022-08-31 19:42:29"
      ["post_content_filtered"]=>
      string(0) ""
      ["post_parent"]=>
      int(0)
      ["guid"]=>
      string(72) "http://mangernotrestlaurent.tchintactic.ca/?post_type=especes&p=428"
      ["menu_order"]=>
      int(0)
      ["post_type"]=>
      string(7) "especes"
      ["post_mime_type"]=>
      string(0) ""
      ["comment_count"]=>
      string(1) "0"
      ["filter"]=>
      string(3) "raw"
    }
  }
  ["post_count"]=>
  int(9)
  ["current_post"]=>
  int(-1)
  ["in_the_loop"]=>
  bool(false)
  ["post"]=>
  object(WP_Post)#13107 (24) {
    ["ID"]=>
    int(1115)
    ["post_author"]=>
    string(1) "4"
    ["post_date"]=>
    string(19) "2021-07-16 15:48:25"
    ["post_date_gmt"]=>
    string(19) "2021-07-16 15:48:25"
    ["post_content"]=>
    string(0) ""
    ["post_title"]=>
    string(19) "Pétoncle d'Islande"
    ["post_excerpt"]=>
    string(0) ""
    ["post_status"]=>
    string(7) "publish"
    ["comment_status"]=>
    string(6) "closed"
    ["ping_status"]=>
    string(6) "closed"
    ["post_password"]=>
    string(0) ""
    ["post_name"]=>
    string(17) "petoncle-dislande"
    ["to_ping"]=>
    string(0) ""
    ["pinged"]=>
    string(0) ""
    ["post_modified"]=>
    string(19) "2022-08-31 21:17:58"
    ["post_modified_gmt"]=>
    string(19) "2022-08-31 21:17:58"
    ["post_content_filtered"]=>
    string(0) ""
    ["post_parent"]=>
    int(0)
    ["guid"]=>
    string(73) "http://mangernotrestlaurent.tchintactic.ca/?post_type=especes&p=1115"
    ["menu_order"]=>
    int(0)
    ["post_type"]=>
    string(7) "especes"
    ["post_mime_type"]=>
    string(0) ""
    ["comment_count"]=>
    string(1) "0"
    ["filter"]=>
    string(3) "raw"
  }
  ["comment_count"]=>
  int(0)
  ["current_comment"]=>
  int(-1)
  ["found_posts"]=>
  int(85)
  ["max_num_pages"]=>
  float(10)
  ["max_num_comment_pages"]=>
  int(0)
  ["is_single"]=>
  bool(false)
  ["is_preview"]=>
  bool(false)
  ["is_page"]=>
  bool(false)
  ["is_archive"]=>
  bool(false)
  ["is_date"]=>
  bool(false)
  ["is_year"]=>
  bool(false)
  ["is_month"]=>
  bool(false)
  ["is_day"]=>
  bool(false)
  ["is_time"]=>
  bool(false)
  ["is_author"]=>
  bool(false)
  ["is_category"]=>
  bool(false)
  ["is_tag"]=>
  bool(false)
  ["is_tax"]=>
  bool(false)
  ["is_search"]=>
  bool(false)
  ["is_feed"]=>
  bool(false)
  ["is_comment_feed"]=>
  bool(false)
  ["is_trackback"]=>
  bool(false)
  ["is_home"]=>
  bool(true)
  ["is_privacy_policy"]=>
  bool(false)
  ["is_404"]=>
  bool(false)
  ["is_embed"]=>
  bool(false)
  ["is_paged"]=>
  bool(false)
  ["is_admin"]=>
  bool(false)
  ["is_attachment"]=>
  bool(false)
  ["is_singular"]=>
  bool(false)
  ["is_robots"]=>
  bool(false)
  ["is_favicon"]=>
  bool(false)
  ["is_posts_page"]=>
  bool(false)
  ["is_post_type_archive"]=>
  bool(false)
  ["query_vars_hash":"WP_Query":private]=>
  string(32) "a7694e05ba84e658b23f80cada38ddf6"
  ["query_vars_changed":"WP_Query":private]=>
  bool(false)
  ["thumbnails_cached"]=>
  bool(false)
  ["stopwords":"WP_Query":private]=>
  NULL
  ["compat_fields":"WP_Query":private]=>
  array(2) {
    [0]=>
    string(15) "query_vars_hash"
    [1]=>
    string(18) "query_vars_changed"
  }
  ["compat_methods":"WP_Query":private]=>
  array(2) {
    [0]=>
    string(16) "init_query_flags"
    [1]=>
    string(15) "parse_tax_query"
  }
}

Pétoncle d'Islande

Estuaire moyenEstuaire maritimeGolfe

Oursin vert

Estuaire maritimeGolfe

Plantain maritime

Estuaire moyenEstuaire maritimeGolfe

Bar rayé (population du fleuve Saint-Laurent)

Tronçon fluvialEstuaire fluvialEstuaire moyenEstuaire maritime

Airelle rouge

Estuaire moyenEstuaire maritimeGolfe

Dans les médias

object(WP_Query)#14081 (51) {
  ["query"]=>
  array(7) {
    ["post_type"]=>
    string(4) "post"
    ["post_status"]=>
    string(7) "publish"
    ["posts_per_page"]=>
    int(5)
    ["paged"]=>
    int(1)
    ["orderby"]=>
    string(12) "publish_date"
    ["order"]=>
    string(4) "DESC"
    ["tax_query"]=>
    array(2) {
      ["relation"]=>
      string(2) "OR"
      [0]=>
      array(4) {
        ["taxonomy"]=>
        string(8) "category"
        ["field"]=>
        string(4) "slug"
        ["terms"]=>
        array(1) {
          [0]=>
          string(15) "dans-les-medias"
        }
        ["operator"]=>
        string(2) "IN"
      }
    }
  }
  ["query_vars"]=>
  array(66) {
    ["post_type"]=>
    string(4) "post"
    ["post_status"]=>
    string(7) "publish"
    ["posts_per_page"]=>
    int(5)
    ["paged"]=>
    int(1)
    ["orderby"]=>
    string(12) "publish_date"
    ["order"]=>
    string(4) "DESC"
    ["tax_query"]=>
    array(2) {
      ["relation"]=>
      string(2) "OR"
      [0]=>
      array(4) {
        ["taxonomy"]=>
        string(8) "category"
        ["field"]=>
        string(4) "slug"
        ["terms"]=>
        array(1) {
          [0]=>
          string(15) "dans-les-medias"
        }
        ["operator"]=>
        string(2) "IN"
      }
    }
    ["error"]=>
    string(0) ""
    ["m"]=>
    string(0) ""
    ["p"]=>
    int(0)
    ["post_parent"]=>
    string(0) ""
    ["subpost"]=>
    string(0) ""
    ["subpost_id"]=>
    string(0) ""
    ["attachment"]=>
    string(0) ""
    ["attachment_id"]=>
    int(0)
    ["name"]=>
    string(0) ""
    ["pagename"]=>
    string(0) ""
    ["page_id"]=>
    int(0)
    ["second"]=>
    string(0) ""
    ["minute"]=>
    string(0) ""
    ["hour"]=>
    string(0) ""
    ["day"]=>
    int(0)
    ["monthnum"]=>
    int(0)
    ["year"]=>
    int(0)
    ["w"]=>
    int(0)
    ["category_name"]=>
    string(15) "dans-les-medias"
    ["tag"]=>
    string(0) ""
    ["cat"]=>
    int(85)
    ["tag_id"]=>
    string(0) ""
    ["author"]=>
    string(0) ""
    ["author_name"]=>
    string(0) ""
    ["feed"]=>
    string(0) ""
    ["tb"]=>
    string(0) ""
    ["meta_key"]=>
    string(0) ""
    ["meta_value"]=>
    string(0) ""
    ["preview"]=>
    string(0) ""
    ["s"]=>
    string(0) ""
    ["sentence"]=>
    string(0) ""
    ["title"]=>
    string(0) ""
    ["fields"]=>
    string(0) ""
    ["menu_order"]=>
    string(0) ""
    ["embed"]=>
    string(0) ""
    ["category__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["category__not_in"]=>
    array(0) {
    }
    ["category__and"]=>
    array(0) {
    }
    ["post__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["post__not_in"]=>
    array(0) {
    }
    ["post_name__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["tag__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["tag__not_in"]=>
    array(0) {
    }
    ["tag__and"]=>
    array(0) {
    }
    ["tag_slug__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["tag_slug__and"]=>
    array(0) {
    }
    ["post_parent__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["post_parent__not_in"]=>
    array(0) {
    }
    ["author__in"]=>
    array(0) {
    }
    ["author__not_in"]=>
    array(0) {
    }
    ["ignore_sticky_posts"]=>
    bool(false)
    ["suppress_filters"]=>
    bool(false)
    ["cache_results"]=>
    bool(true)
    ["update_post_term_cache"]=>
    bool(true)
    ["lazy_load_term_meta"]=>
    bool(true)
    ["update_post_meta_cache"]=>
    bool(true)
    ["nopaging"]=>
    bool(false)
    ["comments_per_page"]=>
    string(2) "50"
    ["no_found_rows"]=>
    bool(false)
  }
  ["tax_query"]=>
  object(WP_Tax_Query)#13293 (6) {
    ["queries"]=>
    array(2) {
      ["relation"]=>
      string(2) "OR"
      [0]=>
      array(5) {
        ["taxonomy"]=>
        string(8) "category"
        ["terms"]=>
        array(1) {
          [0]=>
          string(15) "dans-les-medias"
        }
        ["field"]=>
        string(4) "slug"
        ["operator"]=>
        string(2) "IN"
        ["include_children"]=>
        bool(true)
      }
    }
    ["relation"]=>
    string(2) "OR"
    ["table_aliases":protected]=>
    array(1) {
      [0]=>
      string(21) "wp_term_relationships"
    }
    ["queried_terms"]=>
    array(1) {
      ["category"]=>
      array(2) {
        ["terms"]=>
        array(1) {
          [0]=>
          string(15) "dans-les-medias"
        }
        ["field"]=>
        string(4) "slug"
      }
    }
    ["primary_table"]=>
    string(8) "wp_posts"
    ["primary_id_column"]=>
    string(2) "ID"
  }
  ["meta_query"]=>
  object(WP_Meta_Query)#14031 (9) {
    ["queries"]=>
    array(0) {
    }
    ["relation"]=>
    NULL
    ["meta_table"]=>
    NULL
    ["meta_id_column"]=>
    NULL
    ["primary_table"]=>
    NULL
    ["primary_id_column"]=>
    NULL
    ["table_aliases":protected]=>
    array(0) {
    }
    ["clauses":protected]=>
    array(0) {
    }
    ["has_or_relation":protected]=>
    bool(false)
  }
  ["date_query"]=>
  bool(false)
  ["request"]=>
  string(380) "
					SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID
					FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)
					WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (85)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish'))
					GROUP BY wp_posts.ID
					ORDER BY wp_posts.post_date DESC
					LIMIT 0, 5
				"
  ["posts"]=>
  array(1) {
    [0]=>
    object(WP_Post)#14061 (24) {
      ["ID"]=>
      int(7691)
      ["post_author"]=>
      string(1) "8"
      ["post_date"]=>
      string(19) "2022-09-02 20:29:02"
      ["post_date_gmt"]=>
      string(19) "2022-09-02 20:29:02"
      ["post_content"]=>
      string(1786) "Il y a présentement un intérêt grandissant quant à l’exploitation commerciale des produits du phoque gris (Halichoerus grypus) du golfe du Saint-Laurent. Alors que sa peau est vendue et que sa graisse est transformée en huile depuis de nombreuses années, il n’existe que peu de marchés pour la viande et les abats. Or, depuis une dizaine d’années, de petites entreprises aux Îles de la Madeleine offrent ces produits sauvages issus d’une pêche durable, contribuant à une saine gestion de cette ressource dans le Saint-Laurent.

Lisez la suite ici sur le site de The Conversation. 

Un texte de Mélanie Lemire, co-fondatrice de Mange ton Saint-Laurent!, Gwyneth Anne MacMillan, Pierre-Yves Daoust  et Marc Amyot.

un chef prépare une carcasse de phoque

La viande de phoque peut être apprêtée en tataki, en filet, en saucisse, ou en terrine. Sur cette photo, Réjean Vigneau, boucher, prépare différentes coupes. (Yoanis Menge)Fourni par l'auteur

 

Référence: The Conversation. (2022). Pour une consommation éclairée du phoque gris. https://theconversation.com/pour-une-consommation-eclairee-du-phoque-gris-184228"
      ["post_title"]=>
      string(47) "Pour une consommation éclairée du phoque gris"
      ["post_excerpt"]=>
      string(545) "Il y a présentement un intérêt grandissant quant à l’exploitation commerciale des produits du phoque gris (Halichoerus grypus) du golfe du Saint-Laurent. Alors que sa peau est vendue et que sa graisse est transformée en huile depuis de nombreuses années, il n’existe que peu de marchés pour la viande et les abats. Or, depuis une dizaine d’années, de petites entreprises aux Îles de la Madeleine offrent ces produits sauvages issus d’une pêche durable, contribuant à une saine gestion de cette ressource dans le Saint-Laurent."
      ["post_status"]=>
      string(7) "publish"
      ["comment_status"]=>
      string(4) "open"
      ["ping_status"]=>
      string(4) "open"
      ["post_password"]=>
      string(0) ""
      ["post_name"]=>
      string(45) "pour-une-consommation-eclairee-du-phoque-gris"
      ["to_ping"]=>
      string(0) ""
      ["pinged"]=>
      string(0) ""
      ["post_modified"]=>
      string(19) "2022-09-02 20:35:05"
      ["post_modified_gmt"]=>
      string(19) "2022-09-02 20:35:05"
      ["post_content_filtered"]=>
      string(0) ""
      ["post_parent"]=>
      int(0)
      ["guid"]=>
      string(44) "https://www.mangetonsaintlaurent.com/?p=7691"
      ["menu_order"]=>
      int(0)
      ["post_type"]=>
      string(4) "post"
      ["post_mime_type"]=>
      string(0) ""
      ["comment_count"]=>
      string(1) "0"
      ["filter"]=>
      string(3) "raw"
    }
  }
  ["post_count"]=>
  int(1)
  ["current_post"]=>
  int(-1)
  ["in_the_loop"]=>
  bool(false)
  ["post"]=>
  object(WP_Post)#14061 (24) {
    ["ID"]=>
    int(7691)
    ["post_author"]=>
    string(1) "8"
    ["post_date"]=>
    string(19) "2022-09-02 20:29:02"
    ["post_date_gmt"]=>
    string(19) "2022-09-02 20:29:02"
    ["post_content"]=>
    string(1786) "Il y a présentement un intérêt grandissant quant à l’exploitation commerciale des produits du phoque gris (Halichoerus grypus) du golfe du Saint-Laurent. Alors que sa peau est vendue et que sa graisse est transformée en huile depuis de nombreuses années, il n’existe que peu de marchés pour la viande et les abats. Or, depuis une dizaine d’années, de petites entreprises aux Îles de la Madeleine offrent ces produits sauvages issus d’une pêche durable, contribuant à une saine gestion de cette ressource dans le Saint-Laurent.

Lisez la suite ici sur le site de The Conversation. 

Un texte de Mélanie Lemire, co-fondatrice de Mange ton Saint-Laurent!, Gwyneth Anne MacMillan, Pierre-Yves Daoust  et Marc Amyot.

un chef prépare une carcasse de phoque

La viande de phoque peut être apprêtée en tataki, en filet, en saucisse, ou en terrine. Sur cette photo, Réjean Vigneau, boucher, prépare différentes coupes. (Yoanis Menge)Fourni par l'auteur

 

Référence: The Conversation. (2022). Pour une consommation éclairée du phoque gris. https://theconversation.com/pour-une-consommation-eclairee-du-phoque-gris-184228"
    ["post_title"]=>
    string(47) "Pour une consommation éclairée du phoque gris"
    ["post_excerpt"]=>
    string(545) "Il y a présentement un intérêt grandissant quant à l’exploitation commerciale des produits du phoque gris (Halichoerus grypus) du golfe du Saint-Laurent. Alors que sa peau est vendue et que sa graisse est transformée en huile depuis de nombreuses années, il n’existe que peu de marchés pour la viande et les abats. Or, depuis une dizaine d’années, de petites entreprises aux Îles de la Madeleine offrent ces produits sauvages issus d’une pêche durable, contribuant à une saine gestion de cette ressource dans le Saint-Laurent."
    ["post_status"]=>
    string(7) "publish"
    ["comment_status"]=>
    string(4) "open"
    ["ping_status"]=>
    string(4) "open"
    ["post_password"]=>
    string(0) ""
    ["post_name"]=>
    string(45) "pour-une-consommation-eclairee-du-phoque-gris"
    ["to_ping"]=>
    string(0) ""
    ["pinged"]=>
    string(0) ""
    ["post_modified"]=>
    string(19) "2022-09-02 20:35:05"
    ["post_modified_gmt"]=>
    string(19) "2022-09-02 20:35:05"
    ["post_content_filtered"]=>
    string(0) ""
    ["post_parent"]=>
    int(0)
    ["guid"]=>
    string(44) "https://www.mangetonsaintlaurent.com/?p=7691"
    ["menu_order"]=>
    int(0)
    ["post_type"]=>
    string(4) "post"
    ["post_mime_type"]=>
    string(0) ""
    ["comment_count"]=>
    string(1) "0"
    ["filter"]=>
    string(3) "raw"
  }
  ["comment_count"]=>
  int(0)
  ["current_comment"]=>
  int(-1)
  ["found_posts"]=>
  int(1)
  ["max_num_pages"]=>
  float(1)
  ["max_num_comment_pages"]=>
  int(0)
  ["is_single"]=>
  bool(false)
  ["is_preview"]=>
  bool(false)
  ["is_page"]=>
  bool(false)
  ["is_archive"]=>
  bool(true)
  ["is_date"]=>
  bool(false)
  ["is_year"]=>
  bool(false)
  ["is_month"]=>
  bool(false)
  ["is_day"]=>
  bool(false)
  ["is_time"]=>
  bool(false)
  ["is_author"]=>
  bool(false)
  ["is_category"]=>
  bool(true)
  ["is_tag"]=>
  bool(false)
  ["is_tax"]=>
  bool(false)
  ["is_search"]=>
  bool(false)
  ["is_feed"]=>
  bool(false)
  ["is_comment_feed"]=>
  bool(false)
  ["is_trackback"]=>
  bool(false)
  ["is_home"]=>
  bool(false)
  ["is_privacy_policy"]=>
  bool(false)
  ["is_404"]=>
  bool(false)
  ["is_embed"]=>
  bool(false)
  ["is_paged"]=>
  bool(false)
  ["is_admin"]=>
  bool(false)
  ["is_attachment"]=>
  bool(false)
  ["is_singular"]=>
  bool(false)
  ["is_robots"]=>
  bool(false)
  ["is_favicon"]=>
  bool(false)
  ["is_posts_page"]=>
  bool(false)
  ["is_post_type_archive"]=>
  bool(false)
  ["query_vars_hash":"WP_Query":private]=>
  string(32) "4466d2a459302c994cdaccfa4dc941a0"
  ["query_vars_changed":"WP_Query":private]=>
  bool(false)
  ["thumbnails_cached"]=>
  bool(false)
  ["stopwords":"WP_Query":private]=>
  NULL
  ["compat_fields":"WP_Query":private]=>
  array(2) {
    [0]=>
    string(15) "query_vars_hash"
    [1]=>
    string(18) "query_vars_changed"
  }
  ["compat_methods":"WP_Query":private]=>
  array(2) {
    [0]=>
    string(16) "init_query_flags"
    [1]=>
    string(15) "parse_tax_query"
  }
}
Dans les médias

Pour une consommation éclairée du phoque gris

Il y a présentement un intérêt grandissant quant à l’exploitation commerciale des produits du phoque gris (Halichoerus grypus) du golfe du Saint-Laurent. Alors que sa peau est vendue et que sa graisse est transformée en huile depuis de nombreuses années, il n’existe que peu de marchés pour la viande et les abats. Or, depuis une dizaine d’années, de petites entreprises aux Îles de la Madeleine offrent ces produits sauvages issus d’une pêche durable, contribuant à une saine gestion de cette ressource dans le Saint-Laurent.
Lire la suite
Pour une consommation éclairée du phoque gris
Lire la suite