Il y a présentement un intérêt grandissant quant à l’exploitation commerciale des produits du phoque gris (Halichoerus grypus) du golfe du Saint-Laurent. Alors que sa peau est vendue et que sa graisse est transformée en huile depuis de nombreuses années, il n’existe que peu de marchés pour la viande et les abats. Or, depuis une dizaine d’années, de petites entreprises aux Îles de la Madeleine offrent ces produits sauvages issus d’une pêche durable, contribuant à une saine gestion de cette ressource dans le Saint-Laurent.

Lisez la suite ici sur le site de The Conversation.

Un texte de Mélanie Lemire, co-fondatrice de Mange ton Saint-Laurent!, Gwyneth Anne MacMillan, Pierre-Yves Daoust  et Marc Amyot.

un chef prépare une carcasse de phoque

La viande de phoque peut être apprêtée en tataki, en filet, en saucisse, ou en terrine. Sur cette photo, Réjean Vigneau, boucher, prépare différentes coupes. (Yoanis Menge)Fourni par l’auteur

 

Référence: The Conversation. (2022). Pour une consommation éclairée du phoque gris. https://theconversation.com/pour-une-consommation-eclairee-du-phoque-gris-184228